Ma thèse en 10 000 signes par Mathilde Zederman

Le RT 34 consacre un espace à la présentation de travaux de jeunes chercheur·es. Mathilde Zederman est post-doctorante au Labex SMS, rattachée au Laboratoire des sciences sociales du politique de Toulouse (LaSSP). Elle a soutenu en 2018 une thèse en sociologie politique à la School of Oriental and African Studies (SOAS, Université de Londres) sous la direction de Fiona Adamson et de Charles Tripp, qui s’intitule Espaces trans-étatiques de mobilisation. Le militantisme tunisien en France à l’ère de Ben Ali (1987-2011).

Carte blanche

« En France, [on voulait faire] une jonction avec les Tunisiens et plus largement les immigrés sur place, avec les luttes immigrées, tout ça. Et plus largement on considérait que pour qu’il y ait un mouvement politique qui marche, et qui soit satisfaisant à nos yeux, il fallait qu’il y ait une jonction avec les autres luttes dans les pays dans le monde arabe. Et à l’époque, c’était la montée de l’altermondialisme, donc [on voulait faire la jonction] avec les luttes altermondialistes. Gros programme. Ce qui fait aussi qu’on a été très dispersés, on a été engagés dans mille choses en même temps. »

Entretien, Tunis, juillet 2016

Le cœur de mon travail de thèse a été d’étudier les ressorts de ce « gros programme », évoqué en entretien par ce militant tunisien d’extrême-gauche engagé dans de multiples causes à partir de son arrivée en France en 1989. Avant la révolution de 2011, en effet, un aspect central de l’histoire et de la politique tunisiennes se jouait « à distance », et particulièrement en France. Un certain nombre d’exilés ont été actifs non seulement dans l’opposition ou dans le soutien aux régimes autoritaires de Bourguiba (1957-1987) et de Ben Ali (1987-2011), mais également dans différentes luttes autour des conditions de vie et de travail des immigrés, contre le racisme et l’islamophobie, dans la structuration de l’islam de France, ou encore dans la cause palestinienne.

Ma thèse cherchait dès lors à appréhender les conditions de possibilité du militantisme à distance, et le rapport spécifique au politique que les militants tunisiens entretiennent avec leur pays d’origine et leur pays de résidence. En d’autres termes, à travers l’étude comparative de mouvements politiques tunisiens exilés en France sous les régimes de Bourguiba et de Ben Ali, j’ai cherché à comprendre ce que voulait dire s’opposer ou soutenir un régime autoritaire à distance, et comment s’opéraient les reconfigurations de ce militantisme. Ma thèse étudie ainsi de manière approfondie les pratiques politiques de différentes constellations d’acteurs constitutifs du milieu oppositionnel tunisien : les acteurs exilés islamistes du parti Ennahda ainsi que diverses organisations de la gauche tunisienne. Elle traite également des mobilisations politiques d’acteurs proches du parti-État tunisien, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD).

Comment en êtes-vous arrivée à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

Mon premier travail de recherche, mené en 2011 dans le cadre de mon BA (équivalent licence) à King’s College London, a porté sur l’articulation entre les usages politiques du passé et les processus de gentrification, à partir de l’étude de la mémoire de la Commune de Paris dans le quartier de Belleville. Mon apprentissage de l’arabe m’a par la suite conduite en Tunisie en 2012, où j’ai pu remarquer la présence soutenue des références au passé dans le contexte révolutionnaire tunisien. J’ai alors étendu mon champ d’investigation aux usages du passé en Tunisie, dans le cadre de mémoires de master à la SOAS, puis à l’EHESS. Ces recherches portaient sur la mémoire de Bourguiba, et étudiaient comment elle a pu devenir un terrain privilégié de luttes politiques, notamment chez Ennahda. Pour ma thèse, j’ai progressivement transformé mon approche pour m’intéresser aux mobilisations des Tunisien.ne.s en France. En premier lieu, les différentes enquêtes menées dans les milieux islamistes tunisiens m’ont amenée à découvrir toute une page de leur histoire politique qui a pris place à l’étranger. Mais ce changement de focale a aussi fait suite à des réflexions théoriques et des obstacles méthodologiques. À la suite de la révolution de 2011, et particulièrement au moment où je débutais mon projet de thèse en 2013, j’ai pu noter un certain degré de saturation de la recherche sur la Tunisie post-Ben Ali, en particulier en ce qui concernait les acteurs islamistes qui concentraient soudainement toute l’attention. Ne souhaitant pas contribuer à ce « trop-plein » de sollicitations des journalistes et des chercheur.e.s, j’ai fait le choix de réhistoriciser les dynamiques que j’étudiais (à travers l’étude des mobilisations avant la révolution) tout en m’intéressant à des acteurs « marginalisés », en allant chercher les ressorts de l’action collective hors des sentiers battus ; dans mon cas, à partir d’acteurs agissant depuis l’étranger.

J’ai eu la chance de pouvoir mener cette recherche dans des conditions matérielles et institutionnelles favorables : j’ai bénéficié d’une allocation doctorale de trois ans de la SOAS (Université de Londres), puis j’ai donné des cours en tant que vacataire pour la dernière année de ma thèse à Sciences Po Paris.

Comment mobilisez-vous la sociologie politique dans votre travail ?

En tentant de restituer les logiques spécifiques de l’action politique à distance, et la dimension proprement politique des expériences migratoires, ma thèse s’inscrit au croisement de plusieurs branches de la sociologie politique. Plus exactement, elle s’appuie sur l’évolution concomitante de deux champs de la littérature longtemps restés cloisonnés et que des travaux plus récents se sont efforcés de faire dialoguer[1] : la sociologie des mobilisations, du militantisme et de l’engagement d’une part ; et la sociologie politique de l’exil, de l’immigration-émigration, et du transnational d’autre part.

À la suite d’autres travaux qui ont cherché à conceptualiser l’espace politique de l’exil – tel que « l’exopolitie » chez Stéphane Dufoix[2], ou encore « l’espace transnational des mobilisations » chez Olivier Grojean et Élise Massicard[3] – j’ai construit un cadre théorique autour de « l’espace trans-étatique des mobilisations ». La valeur heuristique de ce concept réside notamment dans l’opportunité d’appréhender l’univers du militantisme tunisien en France sous Ben Ali dans une perspective englobante en faisant dialoguer deux types de travaux sur l’engagement politique des exilés : d’une part la sociologie politique des « causes immigrées » dans la société de résidence ; d’autre part les travaux sur l’action collective en direction du pays d’origine – ce que la littérature anglophone nomme homeland politics, diaspora politics, transnational politics ou encore exile politics.

La théorisation en termes d’espace trans-étatique des mobilisations permet également de comprendre les mobilisations politiques des exilés tunisiens en France dans leur pluralité d’échelles. Au niveau « micro », en analysant les trajectoires des acteurs sur le temps long, avec des trajectoires militantes débutant souvent en Tunisie et évoluant en France de manière différenciée selon les propriétés sociales des acteurs. Au niveau « méso », en étudiant la structuration des espaces de socialisation et des organisations en France (associations et partis politiques) et leurs répertoires d’action. Enfin, à un niveau plus « macro », en examinant comment les États d’origine et de résidence contraignent ou facilitent les possibilités d’agir.

La thèse permet enfin de remettre en cause les théories normatives et linéaires de l’intégration et les visions homogénéisantes d’une supposée « communauté » ou « diaspora » tunisienne, en privilégiant l’analyse des différents clivages animant cet espace : pro et anti-régime ; polarisations idéologiques, de classe, de genre, générationnelle, etc. En somme, le concept d’« espace trans-étatique des mobilisations » permet d’appréhender dans une perspective relationnelle les positions et dispositions d’acteurs politiques variés, en mettant notamment l’accent sur les rapports de force, les logiques de compétition et d’alliances entre les différents groupes de militants tunisiens exilés en France.

Pouvez-vous nous présenter le déroulement de votre enquête ?

Avant 2011, et en particulier sous le régime de Ben Ali, les chercheur.e.s basé.e.s en France, travaillant sur différentes thématiques touchant à la Tunisie, et qui contredisaient le récit officiel tunisien de « stabilité » et « d’ouverture », pouvaient se voir « visiter » leur bureau, ou encore interdire de séjour en Tunisie. À l’inverse, le contexte postrévolutionnaire dans lequel a été menée cette recherche a facilité mon terrain entre la France (principalement Paris, Marseille et Lyon) et la Tunisie (principalement Tunis) entre 2015 et 2017 – du moins du côté des militants exilés islamistes et de gauches, les acteurs pro-régime ayant été moins enclins à se livrer aux récits de vie et à ouvrir leurs cartons d’archives.

Je me suis appuyée sur une méthode exclusivement qualitative. Si j’ai mené des observations et des entretiens informels, lors d’événements politiques ou culturels organisés par des associations ou partis politiques dans la période post-2011 (débats, conférences, congrès des partis, manifestations) pour mieux saisir les frontières de l’espace politique étudié, ma démarche de recherche s’est principalement appuyée sur un travail d’entretiens formels avec des acteurs politiques actifs dans la période retenue (1987-2011), qui ont principalement pris la forme de récits de vie. J’ai ainsi conduit une soixantaine d’entretiens biographiques auprès d’une grande diversité d’acteurs tunisiens exilés en France sous les régimes de Bourguiba et Ben Ali (différentes générations de membres et sympathisants d’Ennahda, différentes générations de groupes militants de gauche). J’ai également mené des entretiens avec des consuls, des ambassadeurs tunisiens et des responsables d’associations proches du parti-État tunisien (RCD). Enfin, au-delà des militants anti- et pro-Ben Ali, j’ai réalisé des entretiens semi-directifs avec des « soutiens » français ainsi que des « officiels » français, afin d’obtenir une compréhension la plus large possible de l’espace trans-étatique des mobilisations.

Ce travail autour des récits de vie s’est combiné avec un travail archivistique. J’ai d’abord étudié la documentation des mouvements et partis politiques (communiqués, documentations internes, textes fondateurs, photos, etc.) qui m’intéressaient, auprès de leurs archives privées et d’archives en ligne. Plusieurs associations de gauche ont déposé leurs cartons d’archives à l’association Génériques, qui les a ensuite déposés à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et aux Archives nationales, où j’ai passé un certain temps. Ce travail auprès des archives nationales françaises a aussi été fructueux grâce à l’obtention d’un certain nombre de documents du ministère de l’Intérieur français, notamment des rapports des renseignements généraux. La littérature grise (rapports d’organisations internationales telles qu’Amnesty International ainsi que des médias tunisiens et français) a constitué un complément utile à ces sources écrites déjà abondantes. Les délais plus courts imposés pour les thèses anglaises (quatre ans) ne m’ont pas permis de passer le temps initialement prévu pour dépouiller certains fonds d’archives institutionnels en Tunisie.

Quels sont vos résultats ou premiers éléments d’analyse ?

Je démontre dans ce travail que les mobilisations des Tunisien.ne.s en France sous le régime autoritaire de Ben Ali sont le résultat d’un espace politique spécifique, tant produit par la transposition des luttes politiques du pays d’origine que par son inscription dans l’environnement politique français. Cet espace a une territorialité spécifique ; et il est à la fois dépendant et indépendant des champs de pouvoir nationaux tunisiens et français. La thèse montre ainsi que l’espace trans-étatique des mobilisations est un espace contraint, à la fois par les autorités du pays d’origine et celles du pays de résidence. Du côté du parti-État tunisien, il s’agit d’un système de contrôle à distance, caractérisé par une dialectique d’assistance (sociale, culturelle et économique) et de surveillance. Les diverses modalités de contrôle de l’État tunisien ne pouvaient qu’être analysées en interaction avec le rôle des autorités françaises et leur gestion différenciée du militantisme tunisien selon l’identification politique des acteurs. En l’occurrence, tandis que les islamistes tunisiens font face à une approche sécuritaire (plus particulièrement dans le climat politique des années 1990), les gauches tunisiennes doivent affronter une forme d’indifférence. À l’inverse, les relations diplomatiques entre la France et la Tunisie dans les années 1990 et 2000 conditionnent en retour une certaine forme de laissez-faire pour les groupes liés au RCD en France.

Cet espace est constitué d’une pluralité d’univers sociaux militants, et se caractérise par une polarisation spécifique entre deux champs d’engagements, constitutifs de la politique d’exil : le champ d’action politique tunisien, dont le principe d’unité relative repose sur le soutien ou l’opposition à distance au régime tunisien ; et le champ des luttes de l’immigration, qui renvoie aux luttes autour de l’amélioration des conditions de vie et de travail des immigré.e.s. La thèse montre en quoi ils possèdent leur propre logique et temporalité spécifique. La focale sur l’articulation de ces deux champs d’action politique nous montre des processus d’autonomisation relative et de division du travail militant, ainsi que de complémentarité. Cela permet donc de souligner les effets de continuité, les recompositions et nombreux clivages qui animent ces deux champs.

Bibliographies personnelles :   

Articles dans revues à comité de lecture

  • « L’union fait-elle la force face à l’autoritarisme ? Dynamiques d’alliances trans-idéologiques en France contre l’autoritarisme tunisien dans les années 2000 », Critique internationale, Vol. 88, p. 91-110, 2020.
  • « La ‘modération’ entre injonction et réappropriation : reconfiguration du mouvement islamiste tunisien en France (1981-2011) », L’Année du Maghreb, Vol. 22, No. 1, p. 97-110, 2020.
  • « ‘Faire parti’ à distance. Partis politiques tunisiens pro- et anti- régime Ben Ali en France », Revue internationale de politique comparée, Vol. 26, No. 2-3, p. 33-56, 2019.
  • « Oppositions islamistes à distance. Mobilisations tunisiennes et égyptiennes en France (1990-2016) », Revue française de science politique, Vol. 67, No. 5, p. 837- 855, 2017 (avec M. Dazey).
  • «The Hegemonic Bourguibist Discourse on Modernity in Post-Revolutionary Tunisia », Middle East, Law and Governance, Vol. 8, No. 2/3, p. 179-200, 2016.
  • « Construction nationale et mémoire collective : islamisme et bourguibisme en Tunisie (1956-2014) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Vol. 2, No. 117-118, p. 46-56, 2015.
  • « Memories of the Paris Commune in Belleville since the 1980s. Folklorization and New Forms of Mobilization in a Transforming Quartier », History and Memory, Vol. 26, No. 1, p. 109-135, 2014.

Chapitres d’ouvrage

  • « Party Politics in Authoritarian Settings: Tunisian Pro- and Anti-Regime Political Parties in France», in Tudi Kernalegenn et Émilie van Haute (dir.) Political Parties Abroad. A new arena for party politics. Routledge Serie « Studies on Political Parties and Party Systems », 2020.
  • « Contrôle social et politique de la diaspora tunisienne : un autoritarisme à distance ? », in Amin Allal et Vincent Geisser (dir.), Tunisie au présent : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?, Paris, CNRS-Editions, 2018, p. 399-416.

Crédit photo: Antoine Walter sur Flickr

Pour citer cet article : « Ma thèse en 10 000 signes par Mathilde Zederman », Carnet hypothèses RT 34 Sociologie politique, publié le XXX, URL : https://sociopo.hypotheses.org/?p=1090

Équipe de rédaction : Mauricio Aranda, Thomas Douniès, Geoffrey Merle, Jean-Baptiste Paranthoën, Clément Petitjean, Maricel Rodríguez Blanco, Nicolas Simonpoli


[1] L’étude de la participation des « diasporas » dans les mobilisations de 2010-2011 a notamment contribué à ce renouveau, par exemple : Claire Beaugrand, Vincent Geisser (dir.), « Social Mobilization and Political Participation in the Diaspora During the “Arab Spring” », Journal of Immigrant and Refugee Studies, 14 (3), 2016.

[2] Stéphane Dufoix, Politiques d’exil : Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, PUF, 2002.

[3] Olivier Grojean et Élise Massicard, « Mobilisations transnationales et environnement politique. La dynamique des organisations kurdes et alévistes, entre Turquie et Europe », dans Marie-Claude Blanc-Chaléard, et al. (dir.), L’étranger en questions, du Moyen Âge à l’an 2000, Paris, Le Manuscrit, 2005, p. 401-430.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search