Ma thèse en 10 000 signes par Doris BUU-SAO

Doris BUU-SAO est docteure associée au CERI (Sciences Po) et à l’ISP (Université Paris Nanterre). Elle a soutenu une thèse sous la direction de Lilian MATHIEU qui s’intitule : « “Asseoir l’État”. Contester et instituer l’ordre extractif en Amazonie péruvienne ».

Carte blanche

J’ai choisi de faire figurer cette image sur le marque-page qui accompagnait le manuscrit envoyé aux membres du jury de soutenance. Prise en mai 2014 dans l’un des villages amazoniens voisins du plus ancien et productif site pétrolier du Pérou, elle introduit bien, à mon sens, les principaux aspects de ma recherche doctorale.

La scène photographiée est d’abord révélatrice de la perspective de recherche. Elle donne à voir un moment de sociabilité quotidienne dans un village de l’Amazonie péruvienne. Depuis 2006, ses habitants ont participé à plus d’une dizaine de mobilisations pour dénoncer la pollution causée par la compagnie pétrolière, dont les installations se trouvent à quelques centaines de mètres. Les entreprises du secteur extractif et les autorités gouvernementales qui encadrent leur activité semblent entretenir un rapport fondamentalement antagoniste avec les populations locales : au Pérou, le développement de l’industrie minière et pétrolière et les mobilisations d’organisations indigènes de l’Amazonie ont donné lieu à des affrontements parfois meurtriers. Mais à l’encontre des lectures binaires excessivement dichotomiques, cette recherche doctorale développe une approche par le bas, inscrivant l’extraordinaire des protestations dans l’ordinaire des personnes impliquées. L’industrie pétrolière, matérialisée à l’image par un bidon métallique contre lequel est adossé l’un des hommes assis face à l’objectif, prend place dans un quotidien marqué par des logiques sociales complexes, des sociabilités locales et des relations de pouvoir qui influencent en retour le rapport à l’enjeu pétrolier.

La photographie, prise avec un appareil argentique du fait des conditions matérielles du terrain, permet par ailleurs d’entrevoir l’orientation méthodologique, avant tout ethnographique. Conduite entre 2012 et 2014 sur une durée totale de 15 mois, l’enquête a consisté en l’immersion dans un milieu d’interconnaissance pour saisir des pratiques et des représentations de manière contextualisée, au moyen notamment d’observations et d’entretiens. La moitié des séjours d’enquête a été passée dans les villages voisins de la plus ancienne concession pétrolière de l’Amazonie péruvienne, sur les rives du fleuve Pastaza. Le reste du temps a été consacré au suivi de la Fédération quechua, l’organisation dont la fonction initiale est de représenter les membres de cette « minorité ethnique » du Pastaza dans les démarches auprès d’administrations locales, et qui entreprend depuis la fin des années 2000 de contester l’exploitation pétrolière. L’analyse des sociabilités, des rapports entre les différents domaines de la vie sociale, des réseaux d’affinité dans lesquels s’inscrivent les personnes rencontrées, permet ainsi d’observer en actes la mise en œuvre de techniques de gouvernement, l’ancrage quotidien du rapport au politique, par-delà les catégories officielles du jeu politique.

Comment en êtes-vous arrivée à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

Je me suis intéressée à la thématique générale (les mobilisations « indigènes » face à l’extraction des ressources naturelles) en 2009, lors d’un séjour d’études au Pérou : en juin, une mobilisation d’organisations indigènes dans la province amazonienne de Bagua avait abouti à un affrontement entre forces de l’ordre et manifestants dont le bilan officiel est de 34 victimes. Les cours d’anthropologie suivis à Lima en 2008-2009, puis l’enseignement dispensé en master de sociologie politique à Sciences Po Paris, ont influencé ma manière d’appréhender ce sujet. J’ai réalisé en master l’ethnographie d’une organisation d’étudiants indigènes de l’Amazonie ayant pris part à la mobilisation de 2009. Au cours de l’enquête, m’est apparue la profonde ambivalence de ces mobilisations et de leur gestion par les acteurs gouvernementaux, comme par les représentants des entreprises pétrolières impliquées dans les conflits. C’est pourquoi j’ai décidé de consacrer ma recherche doctorale à l’analyse des acteurs qui interagissent autour de l’enjeu de l’extraction pétrolière en Amazonie.

J’ai bénéficié de conditions institutionnelles très favorables. Associée au Centre de recherches internationales de Sciences Po, j’ai obtenu un contrat doctoral, ainsi qu’une bourse d’aide à la mobilité de l’Institut français d’études andines. Entre 2015 et 2017, j’ai eu l’opportunité de rédiger ma thèse tout en enseignant à l’Université Paris Nanterre au titre d’ATER à temps partiel. Les échanges avec les doctorant.e.s de l’Institut des sciences sociales du Politique et la préparation d’enseignements généralistes m’ont aidée à articuler les données du terrain avec des problématiques et des perspectives théoriques plus générales.

Comment mobilisez-vous la sociologie politique dans votre travail ?

J’ai mobilisé une diversité de travaux de sociologie politique, en fonction des mécanismes sociaux qui m’apparaissaient sur le terrain : tendance à la politisation contestataire d’individus, de groupes et de problématiques ; dispositifs participatifs et émergence d’une expertise de la prévention des conflits ; institutionnalisation des mouvements sociaux, professionnalisation de la contestation et division du travail militant, etc. Deux ensembles de travaux ont cependant joué un rôle déterminant tout au long de mon travail.

D’une part, la question qui a guidé ma recherche a été celle des conditions d’acceptation (ou non) d’une politique économique conçue à distance des populations touchées par l’implantation d’une enclave pétrolière. Elle renvoie aux processus de formation de l’État, que l’on peut comprendre comme l’émergence d’un ordre social hiérarchisé et la production d’un consentement des dominés à cet ordre. À ce niveau de problématisation, je me suis aidée de la perspective foucaldienne du pouvoir[i], et des leçons qu’en tirent des anthropologues comme Timothy Mitchell ou Monique Nuijten[ii], ou des politistes comme Jean-François Bayart et Béatrice Hibou[iii], pour penser l’État, l’exercice du pouvoir et les processus de domination. Ces auteurs invitent à s’intéresser au rôle que jouent les gouvernés, et non seulement les gouvernants, dans la formation de l’État (ce que Bruce Berman et John Lonsdale[iv] nomment la « vulgarisation du pouvoir »). Ils permettent dès lors d’envisager que les acteurs contestataires peuvent contribuer à ce processus.

Pour analyser les dynamiques de mobilisation, j’ai d’autre part recouru aux approches ethnographiques qui restituent les différentes « scènes sociales »[v] au sein desquelles les personnes évoluent et se construisent en tant que telles. Ainsi des travaux de Julian Mischi sur les syndicalistes de la CGT, ou de ceux de Julieta Quirós sur les piqueteros et les militants péronistes en Argentine, qui analysent l’engagement militant à la lumière de son ancrage dans des espaces sociaux localisés, non isolés d’autres domaines de la vie sociale (monde du travail, sphère domestique, pratiques religieuses, etc.)[vi]. Ces perspectives m’ont amenée à m’intéresser aux rapports de parenté et aux rivalités entre familles et villages, pour comprendre la constitution de « bases » soutenant l’organisation indigène à la tête des mobilisations – la notion de « fronts de parenté » proposée par Giovanni Levi dans Le pouvoir au village a été, à cet égard, déterminante[vii]. Un autre élément crucial a été le processus d’ouvriérisation vécu par les habitants voisins du site pétrolier. J’ai consacré deux chapitres à l’analyse de ses effets en termes d’organisation sociale et de rapport à la politique contestataire.

Pouvez-vous nous présenter le déroulé de votre enquête ?

L’enquête a déroulé le fil de la configuration d’acteurs qui se rencontrent autour des installations pétrolières, des habitants des villages aux fonctionnaires gouvernementaux en passant par des leaders « indigènes », des militants professionnels d’ONG et des sociologues salariés de la compagnie privée qui exploite les gisements. J’ai mené une centaine d’entretiens semi-directifs auprès de ces différents types d’acteurs. J’ai aussi observé une grande variété de situations, des activités du quotidien villageois à la routine militante des dirigeants de la Fédération quechua, en milieu rural comme urbain. À ces données s’ajoutent la passation de questionnaires dans deux des villages du Pastaza ainsi qu’une enquête généalogique dans l’un d’entre eux.

J’ai produit ce dernier type de matériau pour résoudre la principale difficulté que j’ai rencontrée sur le terrain : celle de mon « enclicage », pour reprendre les termes de Jean-Pierre Olivier de Sardan, parmi les membres de l’organisation indigène. La conséquence a été une méfiance accrue de la part des cadres de la compagnie pétrolière, auprès desquels il m’a été de plus en plus difficile d’obtenir des entretiens, mais aussi de la part des habitants les moins enclins à participer aux mobilisations. Or il était essentiel que je puisse comprendre leur apport à la politique contestataire et à l’entreprise pétrolière. J’ai donc consacré une part croissante de l’enquête à l’immersion dans les villages, en l’absence des dirigeants indigènes, et j’ai recouru aux techniques plus directives du questionnaire et de l’enquête généalogique, qui m’ont permis d’affirmer mon rôle d’enquêtrice et, ainsi, d’accéder à une plus grande diversité d’habitants.

Quels sont vos résultats ?

La thèse a porté sur les processus par lesquels l’État advient en tant que forme politique pertinente pour les agents du monde social, dans leurs représentations comme dans leurs pratiques. L’un des résultats importants a consisté à mettre en lumière le rôle profondément ambivalent des acteurs de la contestation sociale dans ce processus. Elle témoigne du caractère discontinu et indéterminé de la formation de l’État : des mobilisations adviennent, malgré les techniques de pacification mises en œuvre. En même temps, les leaders indigènes s’organisent face à l’« État » qu’ils interpellent en tant que coupable et arbitre de la situation dénoncée ; les accusations, invocations et revendications qui ont pour cible l’État peuvent contribuer à sa réalisation.

C’est finalement ce que résume le titre « Asseoir l’État » du manuscrit, issu d’une expression utilisée par des dirigeants de l’organisation indigène : il disent parfois être parvenus à faire s’« asseoir l’État » dans leurs villages, à travers ses représentants, pour faire entendre leurs griefs. De la sorte, ils contribuent à asseoir le pouvoir étatique aux confins de la nation, à affermir son assise territoriale, symbolique et pratique. La thèse issue de cette recherche est finalement celle d’une co-production de l’État par les habitants des territoires frontaliers, par leurs représentants contestataires et par leurs interlocuteurs gouvernementaux, dans le jeu des ajustements réciproques entre contestation et institution de l’ordre extractif.

Bibliographie personnelle

Buu-Sao Doris, « Défense de l’Amazonie, “bénéfices de la pollution”. Indigènes et ouvriers face à l’exploitation pétrolière » dans Amin Allal, Myriam Catusse et Montserrat Emperador Badimon (eds.), Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018, à paraître.

____________, « Devenir indien en milieu urbain. Les engagements d’une jeunesse amazonienne au prisme de son ancrage spatial » dans Hélène Combes, David Garibay et Camille Goirand (eds.), Les lieux de la colère. Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala, 2016, p. 143‑167.

____________, « “Perúpetro est ton ami”. Un gouvernement des contestataires en Amazonie péruvienne », Participations, 2013, vol. 2, nᵒ 6, p. 119 -139.

____________, « Ethnographie d’une organisation d’étudiants indigènes en Amazonie péruvienne : les ambivalences de la contestation », Critique internationale, 2012, nᵒ 57, p. 37-52.

[i] Michel Foucault, Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, 1976, vol. I: La volonté de savoir, 211 p ; Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir » dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1982, vol. IV, p. 222-243.

[ii] Timothy Mitchell, « The limits of the state. Beyond statist approaches and their critics », The American Political Science Review, 1991, vol. 85, no 1, p. 77-96 ; Monique Nuijten, Power, Community and the State. The Political Anthropology of Organisation in Mexico, Londres, Sterling, Pluto, 2003, 227 p.

[iii] Jean-François Bayart, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, 1985, vol. 35, no 3, p. 343-373 ; Béatrice Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011, 298 p.

[iv] Bruce Berman et John Lonsdale, Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa, London, Nairobi, Athens, Ohio University Press, 1992, vol.1, 247 p.

[v] Florence Weber, « Settings, interactions and things. A plea for multi-integrative ethnography », Ethnography, 2001, vol. 2, no 4, p. 475-499.

[vi] Julian Mischi, Le bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, 2016, 399 p ; Julieta Quirós, La politique vécue. Péronisme et mouvements sociaux dans l’Argentine contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2016, 292 p.

[vii] Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989, 230 p.


Vous aimerez aussi...