Programme du RT 34 au congrès de l’AFS Nantes 2013

5e Congrès de l’Association Française de Sociologie

Nantes, 2013, lundi 2 septembre – jeudi 5 septembre

 

RT34 : Sociologie politique

Appel à communications

Dans la lignée des appels à communication précédents, le réseau thématique de sociologie politique souhaite réunir des communications autour de l’analyse des formes de domination dans le champ politique, ainsi que du travail de subversion politique des formes ordinaires de domination sociale.

Comme pour les précédents appels, les ateliers organisés par le RT 34 mêleront analyse des acteurs politiques aux prises avec les institutions, reconstitution des trajectoires et des pratiques des entrepreneurs de mobilisations et étude des logiques et des contraintes de l’engagement. Plus précisément, nous proposons de centrer les réflexions sur deux thématiques :

– Maintien et/ou recomposition de la compétence politique

 

Le RT 34 souhaite organiser des ateliers autour des formes de domination présentes au coeur du champ politique, en insistant plus particulièrement sur celles qui sont liées à la distribution différenciée de la compétence politique de ses acteurs et de ceux qui cherchent à y accéder ou à l’influencer. Si les inégalités de compétence politique ont été largement examinées, des travaux récents en sociologie, en histoire et en science politique sont venus renouveler leur analyse en insistant sur les « compétences ordinaires », sur les liens entre savoirs et savoir-faire professionnels et compétence politique, ou encore sur la restructuration du capital culturel et ses effets de redéfinition de la compétence politique. Travaille rsur ces questions nous permettra de revenir sur les luttes pour la distribution du pouvoir et les conflits de légitimité qui contribuent à redessiner les frontières du politique et les formes admises de politisation. Ces enjeux sont d’autant plus importants que, dans les régimes démocratiques, l’existence d’un « cens caché » met en difficulté les dispositifs chargés d’imposer de nouveaux acteurs (la question de la parité par exemple) ou de nouvelles procédures de décision (les débats autour des formes de démocratie participative en constituent un bon exemple). Mais les régimes autoritaires n’échappent pas non plus, sous d’autres modalités et avec d’autres sanctions, à ces revendications entravées de participation politique.

Il s’agira ainsi de questionner l’actualité de ce « cens caché » dans deux directions. D’une part, on pourra examiner la prégnance des déterminants sociaux de l’inclusion et de l’exclusion du champ politique, la force des rappels à l’ordre de la part des institutions (et de leurs gate keepers) et les efforts pour transformer ces règles implicites du jeu politique. En particulier, plusieurs pistes d’interrogation peuvent être ici suivies de manière non exclusive : comment les appartenances sociales des entrants ou des prétendants à l’entrée dans le champ politique – et le capital culturel dont ils disposent – continuent-elles de jouer un rôle central ? Quelle place les apprentissages « sur le tas » peuvent-ils occuper pour de nouveaux élus ? Les formations militantes, institutionnalisées ou non (par exemple selon des logiques d’éducation populaire) sont-elles susceptibles d’ouvrir le champ politique à des individus ne possédant pas les attributs traditionnellement pertinents ?

D’autre part, regarder comment des compétences, savoirs et savoir faire professionnels ou spécialisés peuvent être (ou non) mobilisés dans des actions politiquement orientées et quelles sont leurs chances de succès. Des communications fondées sur l’analyse de biographies individuelles ou collectives, mais aussi de dispositifs institutionnels, partisans ou militants, mais encore d’écoles ou de lieux de formation seront particulièrement bienvenues.

Mobilisations réactionnaires ou formes de résistance à la subversion de la domination politique

 

Ce sont généralement les mobilisations « progressistes », celles qui entendent remettre en cause l’ordre social et politique dominant et lutter contre les assignations à la relégation ou la stigmatisation au fondement des frontières du champ politique qui sont analysées. On voudrait notamment, lors de ce Congrès, regarder ce qui se passe de « l’autre côté », les actions et réactions de ceux qui sont plutôt placés du bon côté des rapports de force sociaux. Leur contribution aux dynamiques contestataires et à l’élaboration d’une humeur du temps est pourtant déterminante, ne serait-ce que pour comprendre les obstacles que rencontre toute insubordination ou rébellion. Au-delà de la faiblesse de leurs ressources sociales, en effet, d’autres obstacles apparaissent, souvent non anticipés et qui surgissent dans le cours des interactions protestataires. Mobilisations conservatrices ou contre-mobilisations, luttes anti-syndicales ou anti-fiscales, causes « morales » radicales, défense de points de vue « indéfendables » ou extrémistes : ce sont toutes ces luttes pour la préservation de l’ordre dominant, et notamment leur répertoire d’actions, d’argumentation et de justification, qui intéressent le RT 34. Là encore, il ne s’agit pas de déployer des explications « extraordinaires » pour en rendre compte, mais de faire usage dans l’analyse des principaux acquis de la sociologie des causes, des engagements ou de l’action collective.

Les propositions de communication, d’environ 2 500, doivent nous parvenir avant le 28 février 2013. s’inscrivent. Merci de les envoyer à l’adresse suivante : laurent.willemez@uvsq.fr

  

 

 

 

Programme des sessions du RT 34

 

 

Session 1 :Les dispositions militantes et leurs transformations : effets de légitimité et effets de contexte : lundi 2 septembre à 16h30 (discutante : Lucie Bargel)

– Anaher El Sakka, « Sociologie des mouvements des jeunes protestataires sociaux palestiniens »

– Arnaud Mège et Anne-Laure Pailloux, « La construction de la légitimité politique de la décroissance en France »

– Aurélien Raynaud, « L’engagement comme moteur du reclassement social. Le cas du résistant Emmanuel d’Astier »

– Maricel Rodriguez Blanco, « Des militants professionnels aux frontières du champ politique : le cas des leaders des mouvements ‘piqueteros’ en Argentine

 

Session 2 : : Apprentissages politiques, compétences militantes et capital culturel : mardi 3 septembre à 9h (discutant : Aurélien Raynaud)

– Lucie Bargel, « La compétence politique professionnelle »

– Nathalie Éthuin, « Faire ses classes au Parti communiste. Expériences de militants d’origine

populaire sur les bancs des écoles »

– Tania Navarro Rodriguez, « Mobiliser des ressources spécialisées ? L’expérience des militants de l’Alliance civique au Mexique

– Mathilde Pette, « ‘Vos propriétés sociales et vos compétences s’il vous plait !’ Contrôles pour l’entrée et le maintien des militants dans l’espace de la cause des étrangers »

 

Session 3 : Mobilisations réactionnaires : mardi 3 septembre à 11h (discutante : Annie Collovald)

– Kevin Passmore, « Les Ligues sous la IIIe République »

– Alexandre Hobeika, « Un syndicalisme protéiforme : l’évolution du répertoire d’action à la FNSEA (échelon départemental, années 1980-2010) »

– Federica Rossi, « De l’indignation « morale » au nom des victimes. Usages politiques des mobilisations en faveur des « victimes du terrorisme » en Italie »

– Martina Avanza et Claudia Mattalucci, « Femmes pro-life. Parcours militants et discours de

justification des militantes du Movimento per la vita (Italie) »

 

Session 4 : La politique des dominants : mercredi 4 septembre à 9h (discutante : Mathile Pette)

– Boris Attencourt, « La visibilité intellectuelle et scientifique dans la division du travail de

domination »

– Kevin Geay, « ‘Y’a tellement de sujets moins médiocres’. Le regard oblique des classes supérieures à l’égard de la politique »

– Marie-Amélie Lauzanne, « Des entreprises militantes ‘contrôlées’ ou ‘gérées’ : les effets des

transformations des politiques culturelles sur l’offre de théâtre (1969-82) »

– Éric Soriano, « Un regime de fidelite. Une entreprise partisane à l’epreuve de la domination

coloniale en Nouvelle-Caledonie (1946-1975) »

 

Session 5 : Nouveaux entrants et acteurs expérimentés dans le champ politique : effets de socialisation, contraintes organisationnelles et contextes d’action : jeudi 5 septembre à 14h (discutante : Nathalie Éthuin)

– Guillaume Coton, « La hiérarchie militante dans l’organisation Europe Écologie-Les Verts : la figure du vieux-sage »

– Sébastien Gardon et Éric Verdier, « La mobilisation de compétences politiques dans le cadre de l’exercice d’une délégation »

– Michel Koebel, « La division sexuée de l’attribution des postes d’adjoint-e au maire dans les villes moyennes françaises

– Cédric Pellen, « Des ‘paysans’ au Parlement. L’apprentissage hésitant des jeux parlementaires par

les élus du mouvement Samoobrona en Pologne »

Assemblée générale du RT 34 : jeudi 5 septembre à 16h30


Vous aimerez aussi...