Ma thèse en 10 000 signes par Joseph HIVERT

Joseph HIVERT est doctorant au Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL) – Institut d’études politiques, historiques et internationales (IEPHI). Il prépare une thèse sous la direction d’Olivier Fillieule et de Frédéric Vairel qui s’intitule : La transmission intergénérationnelle des dispositions politiques et contestataires en contexte autoritaire. Histoire de familles militantes marocaines des années soixante-dix à nos jours.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

Au bénéfice d’un échange universitaire entre les universités de Poitiers et de Fès, j’ai réalisé un mémoire de sociologie sur les reconversions militantes des anciens détenus politiques d’extrême gauche au Maroc. Au moment de m’inscrire en thèse en 2011-2012, j’envisageais de poursuivre sur cette voie en travaillant sur les « générations militantes » des années 1970. Après discussion avec mon directeur de thèse, et sur son conseil, j’ai déplacé la focale d’analyse sur les enfants de ces militants et sur la transmission intergénérationnelle du militantisme. Ce qui modifiait à la fois l’objet de la thèse – je ne travaillais plus seulement sur les militants mais sur leurs enfants – et le dispositif d’enquête – il s’agissait dès lors de réaliser des entretiens appariés entre militants des années 1970 et 1980 et leurs enfants, dans une perspective théorique attachée à la question de la transmission intergénérationnelle des dispositions à l’engagement politique. Cela rendait le protocole d’enquête plus lourd mais l’enquête en devenait aussi plus intéressante, car si les militants des années 70-80, engagés dans des organisations marxistes-léninistes et emprisonnés pour cette raison, avaient fait l’objet de différentes enquêtes, en revanche la seconde génération, celle des enfants, n’avait pas encore été étudiée de façon approfondie. J’ai ensuite eu la chance de bénéficier d’une bourse de mobilité du Fonds national suisse pour la recherche, qui m’a permis de rester au Maroc plusieurs années (5 ans) pour réaliser mon terrain, m’offrant la possibilité de m’insérer dans la durée au sein de groupes militants constitués de nombreux « fils de ». Sur place, j’ai bénéficié du soutien institutionnel du Centre Jacques Berque (CJB)[1] et d’une insertion au sein de réseaux de jeunes chercheurs marocains, comme le Centre Marocain des Sciences Sociales (CM2S)[2].

Comment mobilisez-vous la sociologie politique dans votre travail ?

Je mobilise la sociologie politique à des titres divers mais, pour l’essentiel, ma thèse s’articule autour de deux domaines d’étude : la sociologie de la socialisation politique et la sociologie de l’engagement. En prenant pour objet la transmission intergénérationnelle des dispositions à l’engagement militant, j’ouvre la boîte noire des socialisations politiques enfantines, que j’appréhende à partir d’une conception élargie de la socialisation politique (Maurer, 2000), qui ne s’en tient pas au repérage d’indicateurs politiques « conventionnels » (orientations politiques, politisation, participation politique, etc.) mais qui prend en compte différents types d’apprentissage (moral, éducatif, irréligieux, etc.) qui, sans se rapporter directement à l’univers politique, peuvent produire des effets de politisation. D’autre part, je prête une attention particulière aux variations des dynamiques de socialisation politique selon l’âge, le sexe et la classe des enfants, en insistant sur cette dernière variable, moins documentée dans la littérature.

Après avoir reconstitué différentes matrices de socialisation politique enfantine, la thèse s’attache à analyser ce qu’elles produisent (des dispositions, des manières de penser, de voir, d’agir, etc.) dans divers contextes d’action (militant, scolaire, etc.). Je m’intéresse ici à la façon dont les enquêtés, à l’âge de l’adolescence, s’approprient, négocient voire transforment leurs « héritages militants » en fonction de leurs trajectoires biographiques et de leurs expériences d’engagement. Je mets au jour différents profils collectifs d’héritiers (héritiers « politiques », héritiers « alternatifs », héritiers « distants », etc.). La thèse prend ensuite pour objet le Mouvement du « 20 février », la déclinaison marocaine des « printemps arabes » et se propose d’étudier la rencontre entre des trajectoires individuelles et collectives et un événement protestataire. Elle pose trois questions : qui s’engage et qui ne s’engage pas dans ce mouvement contestataire (et en quoi les premiers se différencient des seconds ) ? Qu’est-ce que font ceux qui s’y engagent (modalités d’entrée dans la protestation, formes de l’engagement, types de savoir-faire militants et de dispositions réinvestis, etc.) ? Et qu’est-ce que produit l’événement sur les enquêtés qui y prennent part ?

Pouvez-vous nous présenter le déroulé de votre enquête ?

Ma thèse a pris depuis 2011 un relief nouveau avec l’émergence du Mouvement du « 20 février » (M20F). En effet, une partie des parents et des enfants que j’ai suivis se sont engagés dans ce mouvement et le dispositif de la thèse s’en est vu modifié par l’inclusion d’un questionnement sur les manières différenciées de s’investir dans une mobilisation, en fonction des dispositions acquises antérieurement. Je pouvais observer in situ, au cours des mobilisations, qui, parmi mes enquêtés, s’engageaient ou ne s’engageaient pas dans la protestation, ce qu’ils faisaient ou ne faisaient pas dans le mouvement en fonction de leurs dispositions et donc de leurs socialisations passées. Aux entretiens appariés s’est ainsi ajoutée une observation ethnographique de l’engagement multiforme de certains “enfants” et de certains parents dans le Mouvement du « 20 février ». Ce qui, au final, permet de comprendre comment ce mouvement protestataire plonge ses racines dans les mobilisations antérieures, les parcours politiques individuels depuis 30 ans et les formes prises par les socialisations politiques au sein des familles de militants.

 Quels sont vos résultats ou premiers éléments d’analyse ?

Il y aurait plusieurs résultats à évoquer. La thèse met notamment au jour des variations significatives dans les processus de socialisation politique enfantine selon l’âge des enfants, qui détermine leur position dans le cycle familial et les expose à des contextes de socialisation très différents. Je distingue les enfants des « années de plomb », nés entre 1969 et 1982, au moment où un de leurs parents au moins est engagé dans une organisation du mouvement marxiste-léniniste et les enfants de l’« ouverture », nés au début des années 1990 au moment où leurs pères sortent de prison. Les premiers grandissent dans des structures familiales ébranlées par la répression et marquées par l’absence des pères emprisonnés en raison de leurs engagements au sein des organisations d’extrême gauche. Exposés aux dispositifs répressifs déployés par le régime et affectés par eux à plusieurs niveaux (familial, scolaire, etc.), les enfants connaissent également une socialisation militante intense et précoce au sein du Mouvement des familles de détenus politiques, une dynamique protestataire au long cours portée par des mères et des épouses de militants incarcérés. L’expérience carcérale des pères vient modifier les modalités pratiques de la prime socialisation des enfants (des paternités en retrait et à distance ; le renforcement du monopole éducatif des mères mais également l’extension de leurs prérogatives à la sphère politique et à la transmission militante ; la centralité accentuée des pairs par la construction d’un entre soi scolaire et militant, etc.). Les seconds (les enfants de l’« ouverture ») naissent après l’expérience carcérale et évoluent dans des structures familiales « recomposées » suite à la libération des militants et à leur retour au foyer familial. Leur socialisation primaire s’enracine dans les années 1990, période de décompression autoritaire et de transformation de l’offre d’engagement au cours de laquelle les parents reprennent des activités professionnelles et militantes. Les matrices de socialisation politique enfantine sont alors transformées en profondeur : si les mères gardent la charge du travail éducatif, elles se voient en partie dé-saisies du travail de socialisation politique que les pères revendiquent comme une de leurs prérogatives. Les enfants sont désormais inscrits dans divers cadres et dispositifs de socialisation politique (partis, syndicats, associations, etc.) révélateurs des recompositions des appartenances politiques qui opèrent à partir des années 1990.

Engendrés par des « temps familiaux » et par des contextes de socialisation distincts, ces deux groupes d’enfants entretiennent des rapports différenciés à l’histoire militante familiale. Pour les plus âgés, le passé politique familial s’apparente souvent à « un passé qui ne passe pas », à une histoire dont ils sont partie prenante, une histoire « faite corps », et dont les corps, au sens propre, gardent la trace (arrêt de croissance, problèmes physiologiques et psychiques variés, etc.). Ils ne disposent pas, pour ces raisons, de la latitude nécessaire pour s’approprier une histoire politique dans laquelle s’enchâssent leurs propres trajectoires, lesquelles sont marquées du sceau de l’instabilité (scolarités chahutées, parcours professionnels instables, sentiment d’insécurité prolongé, recours au monde « psy », etc.). A l’inverse, les enfants de l’« ouverture » s’approprient plus souvent les héritages militants familiaux. Parce qu’ils n’ont pas été exposés directement aux conséquences du militantisme de leurs parents, l’histoire politique familiale constitue pour eux une histoire « réifiée », un passé rapporté, qu’ils peuvent d’autant mieux s’approprier que les conditions familiales et politiques de son appropriation sont réunies. Ces deux groupes d’enfants réagissent très différemment au Mouvement du « 20 février » : alors que les premiers se tiennent généralement à distance de l’événement protestataire, les seconds font partie des pionniers de la protestation.

Carte blanche

Dans cette « carte blanche », je voudrais revenir sur la façon dont j’ai été confronté au cours de cette recherche à des problèmes qui relèvent traditionnellement des sciences du psychisme, et sur les positionnements adoptés à cet égard. J’ai évoqué plus haut comment les enfants des « années de plomb » ont été diversement affectés par l’expérience de la coercition étatique (arrêt de croissance, paralysie du pied, troubles anxieux généralisés, etc.) et par les bouleversements des économies affectives familiales (séparation avec leurs pères, etc.). La plupart d’entre eux ont eu recours à des professionnels de la psychologie pour chercher à enrayer des troubles mentaux ou physiques déclarés au cours de leur prime enfance ou après. Pour « dé-psychologiser » les discours, j’ai d’abord cherché à montrer que leurs « malaises » étaient socio-logiquement compréhensibles, en insistant sur la place des facteurs sociaux et de l’environnement dans le développement de leurs affections. A partir d’un cas « limite » celui d’un enfant de militants qui bascule à partir des années 1990 vers une reconnaissance et une réparation imaginaires et qui est affecté par un sentiment de persécution , j’ai ensuite cherché à ne pas m’en tenir à l’étude de l’environnement, à cette sorte écologie des perturbations psychiques à laquelle les chercheurs en sciences sociales sont souvent assignés dès lors qu’ils se saisissent d’objets qui relèvent traditionnellement des sciences du psychisme (Lahire, 2018 : 70). En défendant le droit à l’explication sociologique de cas étiquetés « pathologiques » (Darmon, 2003 ; Bizeul, 2018), j’essaie d’entrer dans la logique même de fabrication de la « folie » et d’en rendre compte sociologiquement. Cette étude de cas permet de montrer que le comportement de l’enquêté, décrit comme « pathologique » par ses parents et ses proches, peut être appréhendé comme un raté de l’habitus, qui devient déconcerté, décalé, sous l’effet d’une trop grande distorsion entre la réalité intériorisée « déjà là » et le nouvel environnement familial et politique dans lequel il est plongé à partir des années 1990. Sa « folie » apparaît intimement liée à la façon dont ses croyances et ses affects qui furent façonnés et régulés par un travail de socialisation spécifique et intensif au cours de son enfance , sont heurtés par les transformations qui affectent ses différents univers d’appartenance dans les années 1990.

Bibliographie personnelle :

« “ Join up, they said ! ” The Biographical Consequences of Engagement in Morocco for the “1970s Generation” and its Children » (with Frédéric Vairel), in O. Fillieule, E. Neveu (dir.), Activists Forever? The Long-Term Impacts of Political Activism in Various Contexts, Cambridge University Press, Cambridge, 2018 (going to press).

« Numériquement marginaux mais politiquement importants? La médiatisation internationale d’une association des Droits de l’homme au Maroc » (avec Dominique Marchetti), Journal des anthropologues, n°142-143, 2015, p. 227-250.

« Se désengager du mouvement du « 20 février »: le cas des étudiants du supérieur de la coordination de Rabat », European Journal of Turkish Studies, n°13, 1-23, 2013, p. 1-29.

Bibliographie

Daniel Bizeul, Martial, la rage de l’humilié, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2018.

Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2003.

Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2018.

Sophie Maurer, « École, famille et politique : socialisations politiques et apprentissage de la citoyenneté. Bilan des recherches en science politique », Dossier d’étude, n°15, Paris: CNAF, 2000.

[1] Le CJB est une Unité mixte des instituts français à l’étranger (UMIFRE).

[2] Structure universitaire de recherche pluridisciplinaire domiciliée à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock de l’Université Hassan II – Casablanca.


Vous aimerez aussi...