Sociologie politique à l’international avec Nicolas DAMIN

Le Réseau thématique 34 « Sociologie politique » de l’Association française de sociologie consacre un espace à la présentation de travaux de chercheur.e.s étranger.e.s. Nous présentons aujourd’hui le parcours et les recherches de Nicolas DAMIN, sociologue, spécialiste des questions syndicales et des mouvements sociaux, et chercheur à l’UNLa, Argentine.

Entretien traduit de l’espagnol par Maricel Rodriguez Blanco et Mauricio Aranda

 

Carte blanche

 

La photo ci-dessus a été prise le 29 avril 2011 dans la ville de Buenos Aires, lors de l’organisation par la CGT de la journée des travailleurs, qui a été jusqu’à présent la manifestation syndicale argentine la plus importante du XXIe siècle : 450 000 personnes étaient présentes.

Quel est votre parcours académique ? Avez-vous séjourné dans des institutions académiques à l’étranger ?

Sociologue et docteur en sciences sociales de l’Université de Buenos Aires, j’ai consacré ma thèse à la sociohistoire du syndicalisme argentin au XXème siècle. Rattaché au Centre d’études et de recherches sur le travail du Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET), j’ai poursuivi des études postdoctorales sur les syndicats argentins au XXIème siècle, notamment la Confederación General del Trabajo (CGT), à partir d’une approche ethnographique. Ce qui m’a intéressé dans l’étude de ce syndicat, ce sont ses appropriations et réinterprétations de la pensée nationale et populaire du XXème siècle. Par ailleurs, j’ai travaillé sur la production d’imaginaires sociopolitiques par les syndicats argentins, qui sont passés de l’internationalisme socialiste au nationalisme latino-américaniste. J’ai aussi effectué des séjours postdoctoraux à l’Université de Shanghai afin d’étudier les effets de la nouvelle relation entre la Chine et l’Amérique latine sur l’État, la société et le travail en Argentine. Parmi les divers projets internationaux auxquels j’ai participé en lien avec ces recherches, je peux mentionner « Politiques de la mémoire et transmissions du passé. Réflexions sur la circulation internationale des thématiques mémorielles et patrimoniales (LABEX) », dirigé par Marie-Claire Lavabre à l’Institut des sciences sociales du politique de l’Université de Nanterre ; et « The Identity Formation of Labor, Civic and Political Leaders and Political Choice in Argentina, Brazil, South Korea, and Taiwan (National Science Foundation) », dirigé par Cheol Sung Lee au Département de sociologie de l’Université de Chicago. Des institutions telles que le Département d’études asiatiques de l’Université d’Adélaïde (Australie), le Centre pour les études interaméricaines de l’Université de Bielefeld, l’Institut Waseda d’études latino-américains, ainsi que de nombreuses universités chinoises m’ont accueilli dans le cadre d’échanges académiques. Durant l’année 2016, j’ai également pu effectuer un séjour académique en France en tant que professeur invité à l’Université Paris Nanterre. Actuellement, je suis Professeur associé à l’Université nationale de Lanús, dans un quartier industriel et ouvrier du sud de la ville de Buenos Aires, où se sont par ailleurs installés mes arrière-grands-parents basque-français suite à la crise des années 1930.

Quel est votre sujet de recherche actuellement ? Comment êtes-vous arrivé à vous intéresser à ce sujet ?

Mes recherches portent principalement sur les travailleurs argentins, les syndicats et leurs formes d’action collective. Lorsque j’ai commencé à travailler sur ces sujets après la crise de 2001 en Argentine, l’objet de prédilection des chercheurs était celui des chômeurs, des précaires, des nouveaux pauvres et des marginaux. Ces figures de la crise sont arrivées à représenter jusqu’à la moitié de la population. Dans les années suivantes, le PIB a doublé et deux processus ont eu lieu : tandis qu’une partie de cette population réintégrait progressivement le marché du travail, avec ses syndicats et ses formes traditionnelles d’action collective, une autre restait en marge de l’emploi. En 2005, nous avons lancé avec des collègues plusieurs projets de sociologie historique sur les travailleurs argentins, ce qui nous amena à saisir les différents contours de leurs vies. Dans ce contexte, nous participons à des cours de formation et de recherche avec différents syndicats dans presque tout le pays. Nous vivons avec des travailleurs du pétrole dans le désert près des Andes, avec des cheminots de La Pampa, avec des mécaniciens d’usines automobiles à Córdoba, avec des travailleurs du bois dans la Selva del Chaco, ou encore avec des dockers de Buenos Aires. Ces expériences ont imprégné notre vision à leur sujet. Ces projets ont abouti à deux livres et un ouvrage collectif. Le premier porte sur la genèse des processus répressifs des forces armées dans le contexte de la Guerre Froide et leurs effets sur la formation de groupes militaro-politiques en syndicats et en organisations de jeunesses dans les zones rurales et urbaines. Le second s’est intéressé à la mémoire des communautés ferroviaires ayant souffert de la fermeture des voies ferrées et qui ont été exclues du secteur productif national (Damin, Aldao 2015). Le troisième est une analyse historique du syndicalisme argentin, depuis la création de la CGT en 1930 jusqu’au retour de la démocratie parlementaire argentine en 1983 (Damin 2011).

Quelle est votre approche théorique et épistémologique ? Quels sont les auteurs avec qui vous dialoguez ? Existe-t-il des études relevant explicitement de la sociologie politique dans votre pays d’exercice ? Avez-vous participé à l’importation d’auteurs étrangers (traduction, organisation de manifestation scientifiques, etc.) ?

Tout comme pour une grande partie des chercheurs latino-américains, la sociologie réflexive française a eu un fort impact dans mon parcours professionnel. Celle-ci apporte un regard critique sur le monde social, sur ses mécanismes de production et de reproduction et elle permet d’effectuer une analyse profonde de nos pratiques et de notre rôle dans l’espace public.

La tradition de recherche latino-américaine en sciences sociales conduit à s’impliquer sur des terrains d’enquête tels que les syndicats, les zones rurales, les lieux de travail, les actions collectives, etc. Il est ainsi possible de sortir de la fiction qui prétend que la vie sociale en Amérique du Sud serait semblable à celle ayant cours en Allemagne, en France ou aux États-Unis, et qui suppose que, mis à part des contextes socio-économiques très différents, les logiques sociales ayant lieu sont les mêmes.

S’agissant des liens avec des auteurs étrangers, j’ai contribué aux relectures de l’ouvrage Repensar la condición obrera [Retour sur la condition ouvrière, NDLR] de Stéphane Beaud et Michel Pialoux, traduit par Antonia García Castro et publié en Argentine à l’initiative d’Ariel Wilkis et de Gabriel Vommaro. De même, j’ai participé à plusieurs colloques et congrès de sciences sociales organisés par Fortunato Mallimaci et son groupe de recherche où intervenaient également des sociologues européens, nord-américains et asiatiques.

Quelles méthodes d’enquête avez-vous développées dans vos recherches ?

Pendant une grande partie du XXe siècle, l’Argentine a vécu sous des régimes autoritaires et répressifs. En ce sens, les traces écrites jusqu’aux acteurs des processus sociaux que nous voulions comprendre demeuraient occultés, classés secrets, perdus ou disparus. Pour mener mes recherches en sociologie historique, j’ai pu accéder, sous dérogation, aux archives concernant la reprise en main de la CGT par l’armée, sous la dictature militaire (1976-1983). J’ai également réalisé des entretiens pendant dix ans avec différentes générations de syndicalistes, travailleurs, « dirigentes populares » [porte-paroles des quartiers populaires NDLR], militaires, fonctionnaires et patrons d’usines. Cela en vue de comprendre comment chaque groupe fabriquait « sa » mémoire et entreprenait des actions sociales et politiques pour l’affirmer. Ainsi, la lecture de l’ouvrage de Marie-Claire Lavabre « Le Fil Rouge » a été décisive dans mon travail sur la mémoire cheminote (Lavabre 1994).

Quels sont les apports de vos travaux à l’analyse de ces sujets ? Comment jugez-vous la réception de vos travaux, à l’étranger notamment ?

Mon apport à la sociologie historique et politique argentine a été de saisir la forme sociale du pouvoir autoritaire dans les contextes dictatoriaux successifs (1955-1958 ; 1966-1973 ; 1976-1983), au prisme des relations entretenues entre l’État, les partis politiques, les acteurs du champ économique, les groupes religieux et les syndicats. Ce travail m’a permis d’être invité aux débats du colloque « Archives des dictatures sud-américaines » à Paris en juillet 2016. La discussion portait notamment sur l’ouverture des archives des ambassades françaises d’Amérique du Sud. J’ai également pu échanger avec des collègues sur les syndicats dans différentes régions du monde et sur leurs formes d’action collective, leurs possibilités de négociation et leurs représentations sociales.

Comment envisagez-vous la diffusion de vos travaux au-delà du monde académique ?

 Je suis intervenu à plusieurs reprises dans les médias universitaires, la presse grand public ainsi que dans le cadre de documentaires historiques (Damin 2016). J’ai trouvé, par exemple, très intéressant de discuter le concept de populisme tant dans sa circulation académique que citoyenne (Aldao, Damin 2013). Un de mes livres – celui portant sur la répression militaire des syndicats – fut écrit dans un langage accessible, l’objectif étant qu’il soit lu par un public plus large que celui des universitaires. Il a été édité par la philosophe Ana Jaramillo.

Bibliographie personnelle

Nicolás Damin et Joaquín Aldao, Sociología, historia y memoria de los pueblos ferroviarios. Archivo y Biblioteca de la Provincia de Buenos Aires, 2015

Nicolás Damin, « Del sindicato al parlamento. La profesionalización política de dirigentes sindicales-políticos en la Argentina del siglo XX », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 29 septembre 2011.

 Nicolas Damin, « Los sindicatos, la monarquía paralela argentina », El País, 22 août 2016.

Joaquín Aldao, Nicolás Damin, « Populismos latinoamericanos en el siglo XX. Apuntes para la actualización de un debate », Universidad del Atlántico, vol. 8, n°23, 2013.

Bibliographie

Marie Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris : PFNSP, 1994.


Vous aimerez aussi...