Ma thèse en 10 000 signes par Nicolas AZAM

Nicolas AZAM est docteur associé au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP). Il a soutenu une thèse sous la direction de Yves Déloye qui s’intitule : Se confronter à « l’Europe ». Prises de position et recompositions du PCF.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

Mon sujet de thèse s’inscrivait dans le prolongement de recherches entamées en master de science politique à Paris 1 entre 2006 et 2008. Outre des dispositions dues à ma socialisation primaire, le contexte politique a joué un rôle important dans le « choix » de m’intéresser au rapport de la gauche communiste à l’intégration européenne. Nous étions dans la période suivant le référendum de 2005 sur le projet de traité constitutionnel européen. Il avait suscité une intense mobilisation et la gauche, tout particulièrement, en était sortie très divisée. Pendant le déroulé de la campagne puis lors de l’interprétation du résultat, la controverse avait notamment porté sur la signification du « non de gauche ». Les uns y voyaient une option « anti-européenne », accusation dont se défendaient les acteurs et forces politiques de gauche qui avaient pris part à la campagne pour le « non ». Plus ou moins confusément, j’avais à l’esprit ces débats lorsque, dans le cadre d’un dossier de recherche de M1, sur les conseils de Jean-Claude Colliard, je me suis lancé dans une étude quantitative des votes des eurodéputés de la Gauche unitaire européenne, groupe parlementaire qui regroupe des élus situés à la gauche de la social-démocratie (PCF, Die Linke, Rifondazione Comunista, Izquierda Unida…). Pour comprendre les conditions de production des votes, il fallait s’intéresser aux acteurs qui sont le plus souvent issus de partis politiques nationaux, puisque c’est en leur sein que sont sélectionnés les candidats. Pour des questions de faisabilité et d’accès au terrain, dans le cadre de mon mémoire de M2, je me suis centré sur l’un d’eux : le Parti communiste français. Encouragé par mon directeur Yves Déloye, je me suis efforcé de retracer l’histoire des positions du PCF sur les questions relatives à la construction européenne. J’ai pris goût au travail sur archives et j’ai découvert vraiment à ce moment-là l’historiographie du communisme et les études européennes. Le sujet paraissait original au sens où il permettait, par un croisement d’objets jusqu’alors étudiés séparément, d’éclairer d’une autre façon tant l’histoire du PCF que celle de la construction européenne. En 2008, j’ai déposé un projet de thèse et eu la chance de bénéficier d’une allocation de recherche au département de science politique de Paris 1, avant d’y obtenir un demi-poste d’ATER en 2011.

Comment mobilisez-vous la sociologie politique dans votre travail ?

En l’absence de travaux précédents ayant spécifiquement traité de cet objet, j’ai construit mon cadre analytique en faisant dialoguer des littératures différentes. Le point de départ a été les recherches internationales sur les partis politiques et l’intégration européenne. Elles consistent, le plus souvent, à évaluer et comparer les positions de partis politiques de divers pays, dans l’intention de les classer et ainsi de mesurer l’impact du clivage concernant l’intégration européenne sur la physionomie des systèmes partisans nationaux. Mais du fait de cette approche macroscopique privilégiant une logique classificatoire, elles font peu de cas du contexte et de la diversité interne à chaque parti. Les positions partisanes sont recensées mais les modalités concrètes de leur production sont laissées dans l’ombre. Certes, il y a par ailleurs dans la littérature internationale des études stimulantes qui convient à ouvrir la boîte noire du fonctionnement interne des partis, par exemple en y observant l’émergence de groupes d’acteurs spécialisés dans la prise en charge des questions européennes. Mais le recours aux instruments de la sociologie politique permettait de rendre compte de façon plus complète de la fabrique des positions partisanes. L’idée était de montrer qu’une dense monographie soucieuse de restituer les effets de contexte et la trajectoire des acteurs pouvait aider à comprendre la manière dont l’intégration européenne interfère avec la compétition politique.

Pour ce faire je me suis inspiré, d’une part, des travaux sociologiques qui appréhendent les partis politiques comme des espaces de concurrence entre des acteurs en lutte pour la définition de la marque partisane[i]. Ici, je pouvais m’appuyer sur les recherches fouillées qui ont permis de déconstruire l’image véhiculée, à tort, du PCF comme bloc monolithique[ii]. Les manières dont il s’est positionné sur « l’Europe » pouvaient être un bon révélateur des transformations partisanes. D’autre part, j’ai tenté de compléter les travaux socio-historiques qui, rompant avec les récits téléologiques, retracent l’histoire du processus d’intégration européenne au travers des « entrepreneurs d’Europe » qui ont construit cet espace politique en l’investissant[iii]. Enfin, je me suis inscrit dans le prolongement des études sur son émergence comme espace politique liminal en voie de différenciation à la périphérie des champs politiques nationaux[iv]. En clair, il s’agissait de cerner le rôle d’ « entrepreneurs » et de « professionnels de l’Europe » dans un parti où on ne les y attendait pas forcément puisqu’il est couramment classé comme « eurosceptique ».

Pouvez-vous nous présenter le déroulé de votre enquête ?

Pour reconstituer de la manière la plus fine possible la ligne du PCF et ses évolutions, j’ai d’abord consulté les documents officiels censés en faire état (résolutions de congrès, manifestes électoraux) que j’ai complétés par les ouvrages publiés par des responsables communistes ainsi que par des dossiers de presse, pour me faire une idée de la façon dont ces positionnements étaient justifiés et interprétés à l’extérieur (y compris au regard de celles des forces politiques concurrentes). Pour ne pas en rester aux seuls discours officiels et afin d’explorer les rouages de la machinerie partisane, j’ai dépouillé les archives du PCF, qui sont volumineuses et bien conservées grâce au personnel des Archives départementales de Seine-Saint-Denis. Elles sont de plusieurs sortes. Les archives de direction aident surtout à reconstituer, semaine après semaine, l’agenda politique et la façon dont la conjoncture politique (événements et stratégies des formations concurrentes) est perçue au sommet du PCF. Les fonds personnels des dirigeants et ceux des sections de travail spécialisées donnent à voir la pluralité des analyses internes. Toujours dans l’optique de reconstituer l’éventail des positions à l’intérieur du parti, j’ai consulté des archives d’opposants internes qui sont disponibles à l’Institut d’histoire du temps présent et à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine. Une partie des archives socialistes relatives à la politique étrangère et européenne ont également été consultées. Cependant, je n’ai pas eu accès aux archives du PCF postérieures à 1989 (leur consultation étant soumise à dérogation). En outre, les archives du PCF forment un massif considérable dont le traitement est loin d’être achevé. Ma recherche a donc été tributaire de l’avancé de ce travail. L’ouverture, au cours de la thèse, de fonds de certains membres importants de la section de politique extérieure m’a donné accès à des documents sans lesquels je n’aurais pu décrire finement la distribution des tâches et des rôles. Cela dit, il serait illusoire de penser que les archives parlent d’elles-mêmes. Pour les interpréter (et aussi pour combler les manques), il fallait recueillir des informations complémentaires tant sur les trajectoires biographiques que sur les pratiques. Pour ce faire, j’ai abondamment puisé dans les notices du dictionnaire biographique Le Maitron et j’ai procédé à des entretiens semi-directifs avec des responsables ou permanents actuels et anciens du PCF, principalement ceux ayant eu des fonctions en rapport avec les questions européennes, ainsi qu’avec d’ex-élus européens.

Quels sont vos résultats ou vos principaux éléments d’analyse ?

La thèse soutient que, s’il n’y a pas fusion des scènes politiques nationales dans une arène européenne unifiée et si la physionomie des systèmes partisans nationaux n’est pas bouleversée de fond en comble, cela ne signifie pas que l’intégration européenne n’exerce aucun effet sur la compétition politique. Simplement, l’impact le plus significatif est autre que celui qui est habituellement cherché. Il réside dans l’exacerbation de lignes de fracture qui traversent les partis : celles entre dirigeants politiques généralistes et spécialistes, tout comme celles portant sur l’identité même du parti.

Pour que le surgissement d’un ordre européen produise des effets sur la compétition politique, encore faut-il que des acteurs l’invoquent dans le cours de leurs luttes. De ce point de vue, même les détracteurs des institutions et/ou des politiques européennes contribuent, paradoxalement, à les rendre visibles et donc à faire apparaître le cadre européen comme une réalité naturelle et un horizon d’action. La première partie retrace le long processus par lequel l’intégration européenne, qui semblait n’être qu’une idée chimérique, a été construite comme un problème et donc un enjeu politique en soi de plus en plus dissocié des questions de politique étrangère (principalement, de la guerre froide). Mais ici, l’histoire est revue du côté des « vaincus », c’est à dire de ceux qui se sont opposés à cette Europe communautaire en gestation. Au PCF, c’est dans les années 1970 que commence à voir le jour une spécialité « Europe », associée à la prise en charge des questions relatives à la construction européenne. La seconde partie s’attache à mettre en évidence comment, dans les années suivantes, la consolidation d’un ordre européen s’est manifestée de façon plus concrète et récurrente dans la compétition politique et donc, également, dans la vie interne au PCF. La répétition des élections européennes force l’organisation à préciser plus régulièrement ses (pro)positions. Une frange du personnel partisan (principalement mais pas seulement des eurodéputés et leurs collaborateurs) est amenée à endosser le rôle de « spécialistes de l’Europe » et à se prendre, au moins partiellement, au jeu européen. Qui plus est, le Parlement européen offre des ressources pour contribuer au maintien des questions européennes sur la liste des priorités du parti, ou encore pour se reconvertir dans une carrière européenne lorsque les possibles se referment dans l’enceinte partisane. Tandis que le PCF est affecté par une crise multidimensionnelle, alors que la survie même de l’organisation est en cause, la question du « bon » positionnement à adopter vis-à-vis de l’intégration européenne fait alors l’objet de controverses publiques. Elle est un des terrains sur lesquels se déroule la lutte pour la redéfinition de l’identité communiste et des règles internes de fonctionnement du parti.

Carte blanche

Source : INA. Elections européennes 1979

À un an de la neuvième élection du Parlement européen au suffrage universel direct, j’ai choisi de revenir sur sa première édition, en 1979. Donnant souvent lieu à une faible couverture médiatique, à des mobilisations partisanes réduites et se concluant par une abstention élevée, les élections européennes sont couramment rangées tout en bas de la hiérarchie des scrutins. Elles seraient captées par des acteurs politiques nationaux qui en neutraliseraient la portée européenne en faisant prédominer les enjeux domestiques. Dès lors, impuissantes à faire advenir un espace public européen, au lieu de renforcer le Parlement européen, elles entérineraient sa relégation loin de l’attention de l’opinion publique. Les règles juridiques, dont celles relatives à l’organisation du vote, peuvent expliquer ces constats maintes fois réitérés. Mais les effets qu’elles produisent ne sont pas automatiques ni univoques. Ils dépendent aussi des usages que les acteurs en font. En outre, l’approche socio-historique permet de remettre en perspective ces représentations communes en redécouvrant les conditions dans lesquelles elles ont été forgées. En effet, contre l’illusion trompeuse d’une histoire parfaitement rectiligne, le détour par la première élection directe des députés européens met en exergue les incertitudes dans lesquelles les acteurs se débattaient, lorsque leurs perceptions des coups jouables n’étaient pas encore stabilisées et tandis qu’ils ne disposaient d’aucun véritable précédent pour fonder leurs anticipations et guider leurs conduites. Le débat radio-télévisé du 17 mai 1979 opposant les quatre principales têtes de listes françaises illustre comment, tout en cherchant à maîtriser la situation par le recours à leurs savoir-faire habituels, les candidats sont contraints à improviser et faire des pronostics sur les conséquences probables de cette échéance électorale inédite.

Il n’était pas évident que les élections européennes seraient déclassées comme subalternes et tel n’était pas l’état d’esprit dans lequel la campagne de 1979 a été engagée. En témoigne, les mois précédents, la déferlante de publications sur la construction européenne sous les signatures de professionnels de la politique. Le désintérêt supposé des électeurs pour ces questions est considéré comme une difficulté mais non comme une fatalité. Pour ce qui est du PCF, durant l’année écoulée, une préparation méticuleuse impliquant un vaste travail de sensibilisation, à tous les échelons de l’organisation, a été entreprise afin de « mettre à niveau » les militants. Les candidats adoptent volontiers la posture du pédagogue. On le voit avec Simone Veil qui, à l’entame du débat, prend soin d’expliquer au public les subtilités du mode de scrutin (proportionnel à partir de listes bloquées) et de décrire à grands traits la répartition des pouvoirs au niveau européen. Plus précisément, sur ces aspects institutionnels, l’attention se focalise de manière polémique sur les compétences de « l’Assemblée européenne » (dénomination significativement privilégiée en dépit du fait qu’elle se soit auto-proclamée « Parlement européen » dès 1962). Dans plusieurs interventions publiques, Georges Marchais a dressé des parallèles avec l’élection présidentielle de 1965 qui avait consacré la prééminence de la figure présidentielle en France. Il redoute que, légitimée à son tour par l’onction populaire, l’Assemblée européenne s’arroge des pouvoirs indus et éclipse les institutions nationales. Il accuse François Mitterrand d’en formuler le vœu, ce dont l’intéressé se défend. Sur ce point, le leader communiste reçoit le renfort de Jacques Chirac, qui met en cause les colistiers de Simone Veil, suspectés d’être pressés de profiter de l’effet d’aubaine pour mettre à mal l’indépendance et les intérêts nationaux. Se voulant rassurante, la candidate estime que le nouveau mode d’élection ne fera que donner plus de visibilité aux travaux de cette assemblée sans élargir ses attributions, par ailleurs limitées. Selon elle, la notoriété des futurs députés européens est censée devoir faire « contrepoids à cette bureaucratie » européenne, unanimement vilipendée. Il est souvent souligné que les principales têtes de listes sont des personnalités nationales éminentes (trois chefs de partis et une ministre en vue), ce qui symboliserait la prévalence des enjeux nationaux sur les questions européennes. Or, d’une part, ce choix semble dicter, sur le moment, par le souci de démontrer l’importance prêtée à cette élection. Il est escompté par certains que le prestige de ces personnalités, une fois élues, rejaillira sur l’institution. D’autre part, si l’exécutif français est pris à partie par trois des protagonistes, loin d’opposer sommairement enjeux européens et nationaux, tous s’efforcent de réduire cette distinction. Il s’agit plutôt de montrer une continuité entre leurs positions nationales et européennes tout en pointant les incohérences de leurs adversaires. Aussi, ils s’accusent mutuellement d’embrouiller les électeurs (Jacques Chirac : « nos concitoyens comprennent mal ce problème européen et ne sont d’ailleurs pas très mobilisés parce que l’on entretient savamment une confusion à cet égard »). Il est vrai, comme le remarque l’un des journalistes, que le débat européen percute le « traditionnel » clivage droite/gauche, qui s’était plutôt renforcé tout au long des deux précédentes décennies. Cette perception d’un électorat faiblement mobilisé car désorienté sera objectivé, au soir du vote, sous la forme du taux d’abstention jugé élevé (près de 40% des inscrits). Ceci contribuera à installer l’image d’une élection secondaire et, lors des éditions suivantes, les acteurs tendront à ajuster leurs comportements en conséquence.

 Bibliographie personnelle :  

Le PCF confronté à « l’Europe ». Une étude socio-historique des prises de position et des recompositions partisanes, Paris, Dalloz, préface de Yves Déloye, 2017, XVII-733 pages.

« Rénover le communisme via l’expertise économique ? Le PCF et ses économistes depuis les années 1960 », Savoir/Agir, n°42, 2017, p. 45-51.

« Européanisation et dynamique de changement partisan. Le Parti communiste français et l’Union européenne (1989-1999) », Politique européenne, n°43, 2014, p. 46-67.

« Le Parti communiste français et l’intégration européenne (des années 1970 à nos jours) », Politique européenne, n°33, 2011, p. 255-261.



[i] Michel OFFERLÉ, Les partis politiques, Paris, PUF, 2012 [1987].

[ii] Entre autres : Bernard PUDAL, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de Sciences-Po, 1989 ; Frédérique MATONTI, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

[iii] Antonin, COHEN, Yves DEZALAY, Dominique MARCHETTI, « Esprits d’Etat, entrepreneurs d’Europe », Actes de la recherche en sciences sociales, n°166-167, 2007, p. 5-13.

[iv] Didier GEORGAKAKIS, Le champ de l’eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, 2012 ; Willy BEAUVALLET, Profession : eurodéputé. Les élus français au Parlement européen et l’institutionnalisation d’une nouvelle figure politique et élective (1979-2003), thèse de science politique, Université Strasbourg 3, 2007.


Vous aimerez aussi...