Sociologie politique à l’international avec Melina VÁZQUEZ

Le Réseau thématique 34 « Sociologie politique » de l’Association française de sociologie consacre un espace à la présentation de travaux de chercheur.es étranger.es. Nous présentons aujourd’hui le parcours et les recherches de Melina Vázquez.

Entretien traduit de l’espagnol par Maricel Rodriguez Blanco.

Melina VÁZQUEZ est Professeure adjointe de sociologie à l’Université de Buenos Aires et chercheuse au Conseil national des recherches scientifiques et techniques (CONICET). Ses principaux sujets de recherche se placent à la croisée de la sociologie politique et de la sociologie de la jeunesse. Elle dirige deux projets : « Militantisme des jeunes en démocratie. Une étude comparative de l’activisme politique au retour de la démocratie (1982-1987) et dans le passé récent (2008-2015) », financé par le Ministère argentin des sciences, technologies et innovations productives ; et « Jeunes militants et espaces des jeunes au sein d’organisations politico-partisanes : étude sur les formes d’engagement des jeunes après la crise de 2001 », financé par l’Université de Buenos Aires. Par ailleurs, elle coordonne le groupe de travail « Jeunes et enfances : pratiques politiques et culturelles, mémoires et inégalités » du Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO). Enfin, elle est responsable académique de la « Spécialisation en enfances et jeunesses : tendances, perspectives et défis des sciences sociales » (CLACSO, CINDE, PUC-SP, COLE, FLACSO, UNLA, UBA, UNLP, CIPS).

Mots-clés : Jeunes, enfances, mouvements sociaux, politiques publiques, sociologie de l’État.

Quel est votre parcours académique (depuis l’école secondaire ou le lycée) ? Avez-vous séjourné dans des institutions académiques à l’étranger ? Racontez brièvement votre expérience d’échange académique au sein de ces institutions. Avez-vous participé à de projets de coopération internationale, par exemple ? Avec quels financements ?

J’ai étudié à l’Université de Buenos Aires (UBA) où j’ai obtenu un diplôme de sociologie en 2003. Deux années auparavant, j’avais eu l’opportunité d’intégrer le Groupe d’études sur l’action collective et la protestation sociale (GEPSAC) à l’Institut de recherches Gino Germani (Faculté des sciences sociales de l’UBA), dirigé par Federico Schuster[i]. Dans un contexte de crise de la représentation politique, j’ai découvert la littérature sur l’action collective en participant à une enquête sur les transformations de la protestation sociale des années 1990. Peu après, j’ai réalisé un échange académique à l’Université autonome de Madrid, où j’ai suivi le Practicum (stage NDLR) professionnel de travail de terrain au sein du cursus d’anthropologie sociale et culturelle. Cela a été aussi ma première expérience d’enquête ethnographique sur la population migrante d’un quartier de la ville de Madrid.

De retour à Buenos Aires, je me suis familiarisée avec le fonctionnement du système scientifique et ses modes de financement. J’ai d’abord obtenu une bourse pour m’inscrire en Master recherche en sciences sociales (2004-2008) puis en Doctorat en sciences sociales à l’UBA (2008-2011). Ma thèse a porté sur les formes d’engagement militant des jeunes au sein des mouvements de travailleurs au chômage dans le sud de la ville de Buenos Aires. Auto-désignés autonomes, ces nouveaux mouvements sociaux étaient rarement étudiés sous l’angle de la jeunesse. Or, ces mouvements étaient composés de jeunes ayant des trajectoires sociales très diverses que l’on gagnait à analyser dans le cadre de la crise de 2001. Il s’agissait d’abord de trajectoires militantes d‘étudiants en sciences humaines et sociales d’universités publiques, marquées par le déclassement. Bien qu’ils n’habitent pas les quartiers ouvriers qui symbolisent le militantisme des années 1960 et 1970, ils en reprennent la figure typique. J’ai pu rencontrer des nombreux jeunes de classe moyenne frappés de plein fouet par la crise, et d’autres, pour qui la participation à des mouvements sociaux s’inscrit dans des stratégies d’obtention de ressources suivant la « logique du chasseur »[ii] pour reprendre le terme de Denis Merklen. Cette hétérogénéité de profils militants m’a conduite à souligner les différentes trajectoires individuelles ainsi que la diversité des modes d’engagement au sein de ces groupes mobilisés. Il s’agissait de proposer une approche alternative à celle qui fait de ces organisations des unités homogènes. Le but était également de se détacher des discours produits par les militants comme celui qui fait du processus d’auto organisation des groupes populaires une caractéristique propre aux mouvements « autonomistes ». Ces perspectives de recherche visaient ainsi à identifier la position sociale de ces jeunes et les ressorts de leur engagement dans ces mouvements, les modalités d’accès aux positions de porte-parole ainsi que les effets de cette participation sur leurs trajectoires. Les travaux sur la socialisation militante et la notion de capital militant de Frédérique Matonti et Franck Poupeau[iii] ont été très utiles dans ce sens.

Parallèlement à ma thèse, en 2007, j’ai intégré le Groupe de travail sur les jeunesses et l’enfance du Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO) dont je suis actuellement l’une des coordinatrices. Cet espace, qui regroupe 120 chercheurs et chercheuses de 12 pays de l’Amérique latine et les Caraïbes m’a offert l’occasion de rencontrer d’autres collègues latino-américains intéressés par les mêmes thématiques. Il m’a également permis d’élargir mon champ d’études à la question du rapport à l’État et aux politiques publiques, à celle de la production des inégalités ou encore de l’enfance, dans une perspective comparée. Ce réseau a notamment créé la Biennale latino-américaine et caribéenne sur les enfances et les jeunesses, un programme de recherche postdoctoral en sciences sociales de l’enfance et de la jeunesse, et une spécialisation en études sur les enfances et les jeunesses dont je suis la responsable académique. Enfin, avec un collègue du Groupe d’études sur la protestation sociale et l’action collective (GEPSAC), j’ai créé en 2011 le Groupe d’études de politiques et de jeunesses (GEPoJu) à l’Institut Gino Germani de l’UBA, qui travaille sur la mobilisation et l’engagement militant des jeunes dans une perspective sociohistorique. Plusieurs projets ont déjà été réalisés en coopération avec des collègues d’Espagne, d’Équateur et du Brésil.

Quel est votre sujet (ou vos sujets) de recherche actuellement ? Comment êtes-vous arrivée à vous intéresser à ce(s) sujet(s) ?

Actuellement, au sein du GEPoJu je mène une sociohistoire du militantisme des jeunes depuis 1983, année qui marque la fin de la dernière dictature militaire. Il s’agit de proposer une périodisation des cycles de mobilisation de la jeunesse, en identifiant ses répertoires d’action, ses revendications et ses rapports à certains domaines de l’État. Nous nous intéressons au rôle des activistes dans la mise en œuvre des politiques en faveur de la jeunesse et des formes de catégorisation pour penser les « jeunes ».

En fait, après la soutenance de ma thèse en 2010 portant sur les carrières militantes des jeunes dirigeants des mouvements des chômeurs (ce qui a coïncidé avec la mort du président Kirchner), j’ai décidé d’approfondir la recherche sur la période kirchneriste (2003-2015) où il semblait se produire une  résurgence de la cause des jeunes. De nouveaux groupes d‘activistes sont apparus, agissant non plus contre l’État mais plutôt au nom de l’État et à partir de l’État (oficialistas). Ils se définissaient à la fois comme jeunes et kirchneristes. L’existence de ces groupes permettait d’interroger les conditions de possibilité de leur émergence, leur façon de militer, ainsi que le rôle des politiques de jeunesse et les catégorisations officielles dont les jeunes sont l’objet. J’ai été alors amenée à modifier l’angle d’entrée sur le terrain : au lieu d’enquêter auprès des associations de jeunes, j’ai fait une ethnographie de la Direction nationale de la jeunesse, devenue en 2014 un secrétariat du Ministère de développement social. En m’appuyant sur les travaux des anthropologues de l’État, j’ai analysé les interactions entre des fonctionnaires et des organisations militantes dans la mise en œuvre d’une série de politiques dites « participatives » destinées à la jeunesse. Celles-ci visaient à promouvoir et à soutenir les organisations chargées d’accompagner les jeunes concernant le droit de vote (Loi qui a abaissé l’âge de la maturité de 18 à 16 ans) et le droit de former des bureaux des étudiants (centros de estudiantes, NDLR) au sein des institutions scolaires. J’ai élargi par la suite mon terrain d’enquête aux jeunesses partisanes liées aux gouvernements locaux comme les jeunes socialistes de la province de Santa Fe et les jeunes de Propuesta republicana (PRO) (qui soutiennent l’actuel gouvernement de droite de Mauricio Macri) dans la province de Buenos Aires.

Quelle est votre approche théorique et épistémologique ? Quels sont les auteurs avec qui vous dialoguez ? Existe-t-il des études relevant explicitement de la sociologie politique dans votre pays d’exercice ? Avez-vous participé à l’importation d’auteurs étrangers (traductions, organisation de manifestations scientifiques, etc.) ?

J’ai commencé à aborder les enjeux de l’action collective et des mouvements sociaux à partir d’auteurs s’inscrivant dans différentes traditions de la sociologie politique : Alain Touraine, Sidney Tarrow, Charles Tilly, Doug Mc.Adam, Alberto Melucci, parmi d’autres. Mais en 2007, lors des Journées internationales d’études sur le militantisme organisées à l’Institut de sciences Alejandro Lipschutz au Chili, j’ai découvert les travaux de Bernard Pudal sur le militantisme et rencontré une chercheuse argentine, Virginia Vecchioli, qui travaillait sur l’ « engagement militant » et qui a ensuite codirigé ma thèse. Ces auteurs, tout comme Daniel Gaxie, Eric Agrikoliansky, Olivier Fillieule et Frédéric Sawicki, ont représenté un tournant dans ma recherche à travers leur lecture de la notion de carrière militante. Malheureusement leurs travaux ne sont pas traduits en langue espagnole. Avec d’autres chercheurs, nous avons donc réuni nos efforts pour pallier cette difficulté (cf. ci-dessous le dossier sur le militantisme « Militer pour une cause … »). C’est dans ce cadre que nous avons notamment traduit l’article de Camille Goirand « Penser les mouvements sociaux en Amérique latine… »[iv].

La mise en dialogue de ces travaux avec ceux d’anthropologie de la politique et de l’État en Argentine qui sont attentifs à ne pas réifier les objets d’étude, montre les luttes ainsi que les principes de vision et de division du monde social et souligne la dimension morale constitutive de toute pratique politique.

Enfin, j’ai articulé ces approches du militantisme avec une socio-anthropologie des jeunes et des générations pour m’intéresser au processus sociohistorique de construction de la jeunesse comme groupe à l’aune de la sociologie des générations, à partir d’une relecture du travail de Karl Mannheim « Le problème des générations ».

Quelles méthodes d’enquête avez-vous développées dans vos recherches ?

Je travaille principalement à partir d’une approche qualitative qui se déploie au sein de différentes techniques de recueil et d’analyse des données : récits de vie, entretiens semi-directifs, observation ethnographique, recherche documentaire et passation de questionnaires. Par exemple, avec l’équipe du GEPoJu nous avons récolté 578 questionnaires auprès de jeunes activistes qui sont venus compléter des entretiens avec différentes catégories de militants, des dialogues informels et des observations directes. Qu’ils viennent du macrisme, du kirchnérisme ou du socialisme, ces jeunes militants partagent des expériences d’engagement au sein d’associations de jeunes créées depuis 2001 par les partis de gouvernement et ce, à l’échelle nationale, provinciale et locale. À travers l’étude des trajectoires, ce type de dispositif d’enquête nous a également permis d’analyser le processus de professionnalisation politique des militants. Nous travaillons actuellement sur le rapport final du GEPoJu, mais certains résultats sont déjà disponibles dans Vázquez, Cozachcow et Rocca Rivarola (2017)[v] Vázquez et Cozachcow (2017)[vi], ainsi que dans Vázquez, Rocca Rivarola et Cozachcow (2018)[vii].

Quels sont les apports de vos travaux à l’analyse de ces sujets ? Comment jugez-vous la réception de vos travaux, notamment dans un contexte international ?

Lorsque j’ai entamé ma recherche, les études sur l’action collective étaient en plein essor en Argentine, mais la question de la jeunesse y avait une place encore marginale. Le champ d’études sur les jeunes qui avait commencé à se former à la fin des années 1980 était en voie de consolidation dans les années 1990. Les études culturelles et la sociologie de la culture, très en vogue à l’époque, portaient sur les cultures des jeunes et parfois sur la dimension politique de leurs pratiques. L’apport de mes travaux – avec ceux d’autres collègues – est d’avoir essayé de construire des ponts entre ces deux champs de recherche, la sociologie de l’action collective d’une part, et la sociologie de la (les) jeunesse(s) d’autre part. Ce type d’objet est devenu légitime en Argentine. L’intérêt pour le rapport des jeunes à la politique se déploie à présent sur des terrains spécifiques comme les partis politiques, les organisations territoriales, les mouvements étudiants, les syndicats, parmi d’autres.

Sur le plan international, l’intérêt pour mes travaux est sans doute lié aux spécificités de la mobilisation des jeunes pendant le kirchnérisme. Car contrairement à d’autres expériences en Amérique latine, marquées par la méfiance et le désintérêt des jeunes pour l’État et les partis politiques, je rends compte de la formation de jeunesses oficialistas (pro gouvernement) agissant en lien avec l’État dans l’élaboration des politiques publiques (militan el Estado)[viii].

Comment envisagez-vous la diffusion de vos travaux au-delà du monde académique ?

Il me semble très important de diffuser les résultats de nos recherches pour sortir d’un certain cloisonnement qui peut parfois caractériser le monde académique. J’ai donc été amené à envisager la question de la diffusion de mes travaux de plusieurs façons. D’une part, j’ai participé – avec mon équipe – au transfert de connaissances auprès d’agences publiques, d’organismes non gouvernementaux ou encore de mouvements sociaux. Un exemple est la contribution à la mise en place du programme « S’organiser pour transformer » de la Direction nationale de la jeunesse (DINAJU) du Ministère de développement social argentin, ainsi que du Programme national d’organisation des étudiants et des Centres d’étudiants de la Direction de politiques éducatives du Ministère de l’éducation. Pour ce dernier, des documents de travail ont été élaborés pour utilisation au sein d’ateliers regroupant des jeunes. Après la systématisation et l’analyse des données issues de ce travail, il y a eu une étape de restitution des principaux résultats de l’enquête auprès de jeunes enquêté.es et de fonctionnaires, en organisant des journées de travail en collaboration avec nos partenaires. L’un des principaux défis était de pouvoir traduire les résultats de la recherche afin qu’ils soient compréhensibles et qu’ils puissent alors donner lieu à un véritable travail collaboratif.

D’autre part, au sein du groupe de travail de CLACSO, j’ai contribué à mettre en place une autre modalité d’intervention consistant à prendre position dans le débat public à travers la diffusion de communiqués. L’idée est celle d’intervenir dans le débat en mobilisant les connaissances produites à partir de nos enquêtes empiriques, afin d’influencer les processus de mise sur agenda. Nous avons récemment pris position contre le projet de baisse de l’âge de la responsabilité pénale ainsi que sur des cas de violence institutionnelle, bavures policières et criminalisation des jeunes militant.es.

Rubrique libre : Pourriez-vous illustrer votre recherche à partir d’un document de votre choix (illustration, citation, extrait d’entretien, document pédagogique, etc.) ?

J’ai choisi un des documents utilisés dans la mise en place du programme « S’organiser pour transformer » auquel j’ai contribué. Il fait partie d’un cahier élaboré en lien avec la Direction nationale de la jeunesse qui est distribué à des  élèves du secondaire afin de promouvoir la formation de centres d’élèves au sein des collèges et lycées. Il symbolise la façon dont les adultes, qu’ils soient élus ou membres de l’administration, construisent les formes légitimes de participation politique des jeunes.

Des observations réalisées au sein de ces ateliers ont permis d’analyser les modalités de leur réception à partir des questions posées, comme par exemple, la question adressée par une étudiante à l’animatrice de l’atelier : pourquoi l’État doit-il nous dire comment nous devons nous organiser ? Ce type d’intervention exprime bien l’un des paradoxes d’un agenda de politiques participatives qui, tout en faisant la promotion d’un droit, produit un récit normatif sur ce que participer veut dire et sur la façon légitime de participer.

 

Publications (sélection)

***

[i] Federico Schuster est Professeur à l’Université de Buenos Aires.

[ii] Denis Merklen, Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris : La Dispute, 2009, 304 p.

[iii] Frédérique Matonti, Franck Poupeau , « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, no 155, 2004, p. 4-11.

[iv] Camille Goirand, « Penser les mouvements sociaux d’Amérique latine. Les approches des mobilisations depuis les années 1970 », Revue française de science politique, vol. 60, n° 3, 2010, p. 445-466.

[v] Melina Vázquez, Dolores Rocca Rivarola, Alejandro Cozachcow, « Fotografías de la militancia juvenil en la Argentina. Los compromisos militantes juveniles en el Movimiento Evita, en el Partido Socialista y en el PRO entre 2013 y 2015 », in Melina Vázquez, Pablo Vommaro, Pedro Núñez, Rafael Blanco (éds), Militancias juveniles en la Argentina democrática. Trayectorias, espacios y figuras de activismo, Buenos Aires : Imago Mundi, 2017.

[vi] Melina Vázquez, Alejandro Cozachow, « Figuras del activismo juvenil partidario. Aproximaciones a los compromisos militantes en partidos a cargo de gestiones de gobierno subnacionales en la Argentina reciente », Revista de Sociología e Política, Université fédérale de Paraná, Brésil, vol. 25, n° 64, 2017, p. 47-72.

[vii] Melina Vázquez, Dolores Rocca Rivarola, Alejandro Cozachow, « Perfiles de juventudes militantes en la Argentina reciente (2013-2015) : el Movimiento Evita, el Partido Socialista y el PRO », Revista Mexicana de Sociología, vol. 80, n° 3, juillet-septembre 2018, p. 519-548.

[viii] Melina Vázquez, « Militar la gestión : una aproximación a las relaciones entre activismo y trabajo en el Estado », Apuntes. Revista de Ciencias Sociales, Université du Pacifique, Pérou, vol. XLI, n° 74, premier semestre 2014, p. 71-102.


Vous aimerez aussi...