Ma thèse en 10 000 signes par Boris ATTENCOURT

Boris ATTENCOURT est doctorant au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP-EHESS). Il prépare une thèse sous la direction de Louis PINTO qui s’intitule : « La visibilité intellectuelle : institutions, producteurs et publics ».

 

Carte blanche 

 

Pour introduire le sujet de ma thèse, il me semble qu’on peut utiliser deux sources. La première est une citation de Pierre Bourdieu tirée d’Esquisse pour une auto-analyse : « Ma sympathie pour Karl Kraus tient au fait qu’il ajoute à l’idée de l’intellectuel telle que Sartre l’a construite et imposée une vertu essentielle, la réflexivité critique : il y a beaucoup d’intellectuels qui mettent en question le monde ; il y a très peu d’intellectuels qui mettent en question le monde intellectuel.[i] ». Je crois en effet que la lecture d’auteurs comme Karl Kraus[ii], Robert Musil[iii] ou Jacques Bouveresse[iv] qui n’hésitent pas à porter un regard satyrique sur le monde intellectuel, n’est pas du tout étrangère à ma tentative de comprendre ce qu’est aujourd’hui la reconnaissance publique des intellectuels. Sans doute fallait-il d’ailleurs une bonne dose d’inconscience pour vouloir faire de la sociologie des intellectuels au présent, dans la mesure où l’on renonce alors à la bienveillance académique que garantit dans ce domaine une approche rétrospective. Il faut dire aussi que le rapport à l’objet y est travaillé, comme toute recherche, par les dispositions et positions sociales de l’enquêteur et de ses enquêtés, mais aussi et surtout lorsqu’il s’agit de la période contemporaine par les enjeux de luttes propres à l’état du champ intellectuel et, autrement dit, les adhérences et adhésions de tous ceux et celles qui en font partie[v]. Ces difficultés expliquent notamment pourquoi, selon moi, la sociologie des intellectuels peine à s’extraire de tout un ensemble d’objections préscientifiques (autonomisation des œuvres, individus « inclassables », personnalisme, etc.) et reste en retrait par rapport à la plupart des sous-champs de la discipline lorsqu’il s’agit de mobiliser sans état d’âme des instruments comme le traitement statistique des données ou l’ethnographie.

J’ai également retenu trois copies d’écran qui, collectées sur plusieurs sites de conférenciers (A-Speakers, Speakerwise, Speakers Entertainment, Adgency Experts, Speakers Academy,) donnent à voir ce qu’était l’un de mes principaux questionnements au début de la thèse : comment comprendre que des sociétés spécialisées dans le casting de conférenciers pour le secteur privé comptent désormais parmi leurs prestataires des universitaires de haut rang ? Je me refusais en tout cas à prendre pour argent comptant cette catégorie des « intellectuels médiatiques » qui, souvent utilisée en pareil cas, semblait fonctionner comme un « concept écran » et dire à la fois tout et rien. Et quand bien même serait-elle pertinente, il faudrait encore expliquer comment on le devient. Mais ce à quoi je me devais d’être particulièrement attentif dans cette thèse, c’était d’éviter qu’elle puisse apparaître en définitive comme une sorte d’épinglage[vi]. Il était donc impératif d’être aussi inductif que possible. C’est ainsi que j’ai été conduit à enquêter dans les circuits intriqués de la culture intellectuelle qui n’ont pas cessé de se développer depuis la fin des années 1970 : lieux de conférences, hebdomadaires, presse de qualité, chaînes de radio et de télévision, magazines de vulgarisation, publications de palmarès, revues intellectuelles, etc.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

Marqué au cours de mon DEA en 2005 à l’Université de Paris V par le livre de Franck Poupeau Une sociologie d’État. L’école et ses experts en France[vii], j’avais consacré mon mémoire aux débats sur l’école dans l’espace médiatique. Mais ce travail qui s’inspirait principalement des analyses de Bourdieu à propos des stratégies discursives d’Heidegger et des althussériens, s’était surtout focalisé sur la rhétorique en mettant au jour ses présupposés et ses techniques de persuasion. Or, je souhaitais poursuivre ce que j’avais entraperçu au cours de cette première recherche sur les relations entre positions et prises de position dans le cadre d’une sociologie des intellectuels adossée à la théorie des champs de Pierre Bourdieu. Je me suis mis alors à fréquenter divers séminaires. C’est en suivant celui de Louis Pinto à l’EHESS que l’idée m’est venue d’enquêter sur les lieux des conférences savantes à diffusion élargie comme Beaubourg, la BnF, le Collège international de philosophie, l’Université de tous les savoirs, la Cité des sciences, l’Université populaire du Quai Branly, etc. N’ayant bénéficié d’aucune aide financière pour le doctorat lui-même, j’ai toujours dû exercer parallèlement un ensemble de « jobs » alimentaires (j’occupe actuellement un poste de vacataire à la BnF et de chargé de cours à l’université Paris Descartes). Après deux années d’ATER à temps plein à l’université de Bourgogne en sciences de l’éducation entre 2008 et 2010, j’ai eu néanmoins la chance de disposer pendant plusieurs années d’un espace de travail au sein des locaux qui accueillent sur le site du CNRS-Pouchet une partie de l’équipe du CESSP et de profiter ainsi de ce que peut représenter à divers titres pour un doctorant le fait d’être intégré au cœur d’une société savante : Louis Pinto, Stanislas Morel, Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Gérard Mauger, Marie-Pierre Pouly, Christophe Gaubert, Thibaut Menoux, Cécile Rabot, Pascal Martin, Noëlle Burgi, Patrice Pinell, Claude Poliak, Monique Bidault, Dominique Merllié, Jean-Pierre Faguer, Jacques Defrance et j’en oublie bien évidemment. Par la suite, j’ai aussi été amené à participer à des axes thématiques du CESSP et, notamment, à celui qu’animaient à l’époque Johanna Siméant et Dominique Marchetti sur les processus d’internationalisation : « Going global ». Enfin, j’ai toujours obtenu de la part de mon laboratoire l’aide matérielle dont j’ai pu avoir besoin pour des communications ou des formations.

Comment mobilisez-vous la sociologie politique dans votre travail ?

Un objet tel que le « vedettariat intellectuel » ne pouvait pas manquer de rencontrer les cadres théoriques de la sociologie politique : par exemple, l’analyse des politiques publiques, la structuration du champ du pouvoir ou l’internationalisation des échanges. S’il est impossible de tout citer, je voudrais néanmoins insister sur deux domaines pour leurs apports décisifs tout au long de ma thèse.

Je me suis tout d’abord attaché à restituer les différentes formes d’implication de l’État dans les instances de culture intellectuelle destinées au grand public et, en particulier, Beaubourg, le Collège international de philosophie et l’Université de tous les savoirs. À cet égard, les travaux de Vincent Dubois sur les logiques de la médiation et du flou qui ont présidé à la mise en œuvre de la politique culturelle[viii] ou encore de Philippe Bezes concernant les conditions d’importation et les modalités de l’usage des principes du New Public Management au sein de l’administration publique[ix] m’ont permis d’éclairer la genèse de ces nouveaux circuits de célébration culturelle à l’aune des transformations de l’État. Il s’agissait également d’expliciter les stratégies mises en œuvre à la fois par les producteurs et leurs instances de visibilité intellectuelle dans le cadre des reconfigurations actuelles de la classe dominante. Pour cela, j’ai pu mobiliser divers travaux qui mettent en évidence le degré d’intrication tout à fait inédit entre public et privé, comme les enquêtes récemment menées auprès de diverses fractions dirigeantes par Frédéric Lebaron[x], François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine[xi], Sylvain Laurens[xii] ou encore Antoine Vauchez et Pierre France[xiii].

J’ai en outre été guidé dans l’examen des carrières de la visibilité intellectuelle par ces approches dédiées à la mondialisation et aux idées politiques. Les premières m’ont aidé à comprendre à quel point les logiques transnationales jouaient un rôle prépondérant dans la cotation de la valeur intellectuelle à l’échelle nationale. Ainsi, ce qui n’était au départ qu’une intuition issue d’une « note » de Luc Boltanski montrant les mécanismes des profits de l’import-export intellectuel[xiv], est devenu un aspect central de la thèse, à travers ma collaboration avec Afrânio Garcia à un projet de manuel impulsé par Johanna Siméant autour de l’international[xv]. Les secondes m’ont incité à porter attention aux logiques de circulation des producteurs sans délaisser pour autant le contenu des produits véhiculés. Je pense ici aux travaux de Mathieu Hauchecorne sur la réception de Rawls en France[xvi] ainsi qu’aux repères stimulants fournis par Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre au sujet des nouvelles pratiques et méthodes en histoire des idées politiques[xvii].

Pouvez-vous nous présenter le déroulé de votre enquête ? (Difficultés rencontrées, opportunités, matériaux mobilisés)     

Pour appréhender la visibilité intellectuelle, il était crucial de ne délaisser aucune des parties prenantes de la chaîne qui la composent : dans cette perspective, les institutions et les producteurs, tout comme les produits, les publics et les intermédiaires, devaient être analysés. La découverte des lieux de conférences savantes pour le « grand public » s’est avérée décisive : c’était, en effet, un terrain d’enquête qui permettait de construire une approche fondée sur la mise en continuité des échelles d’observation micro, méso et macro. J’ai d’abord engagé une ethnographie multi-située qui révélait la force intégratrice des conférences au sein de ces circuits mêlant action et référence à la culture savante et, par là même, leur valeur expérimentale pour en cerner empiriquement les contours. Ayant objectivé les réseaux de relations, mon enquête incluait dès lors la presse de qualité, les revues intellectuelles à grand tirage, des émissions culturelles de radio et/ou de télévision, des maisons d’édition, des laboratoires d’idées, etc. Des phases d’immersion prolongées au sein de plusieurs instances (Beaubourg, le Collège international de Philosophie et l’Université de tous les savoirs) et les nombreuses opportunités d’enquête qui en découlaient (observation participante, entretiens, archives) m’ont permis de rendre compte de leurs conditions sociales d’existence. Les circuits de célébration culturelle reconstitués à partir des conférences m’apportaient également, dans le cas des producteurs, de nombreuses possibilités d’enquête et de traitement pour analyser leur carrière de manière dispositionnelle, génétique et structurale (échantillonnage à choix raisonnés, prosopographie, analyses factorielle et de réseaux, ethnographie, analyse de débats, etc.). De même, les lieux de conférences offraient les moyens d’objectiver le goût intellectuel des publics suivant des focales aussi bien micro (observations et entretiens) que macro (questionnaires et statistiques multivariées). Enfin, sur un terrain où l’esbrouffe théorique et l’anti-académisme règnent sans partage, les écueils étaient forcément nombreux pour un jeune thésard en sociologie. Il fallait évidemment tenir compte des rapports entretenus par ma discipline avec celles qui prédominent dans les univers étudiés, à commencer par la philosophie. Afin de gagner la confiance des enquêtés, j’ai très vite été conduit au cours de l’enquête à utiliser un ensemble de « ficelles ». Pour ne citer qu’un exemple, renier la sociologie lorsqu’elle faisait irruption dans le cours de la conversation m’a sauvé plus d’une fois la mise en situation : j’avais ainsi pris l’habitude de dissiper les craintes que la sociologie inspirait chez la plupart de mes enquêté(e)s, en affirmant que je me sentais au fond bien plus proche de l’anthropologie qui semblait disposer à leurs yeux d’une image autrement plus recommandable[xviii].

Quels sont vos résultats ou premiers éléments d’analyse ?

La thèse visait à mettre en lumière les conditions dans lesquelles les logiques de visibilisation se sont imposées au monde intellectuel à la fin des années 1990. Ce qui explique ce basculement, c’est l’apparition au début des années 1970 de ces nouveaux circuits de l’action culturelle qui sont parvenus peu à peu à monopoliser la valeur publique des idées et de leurs porteurs. L’un des résultats établis par la thèse a été notamment de montrer que la montée en force de cet espace d’intermédiation entre le champ intellectuel et le champ du pouvoir s’est traduite par l’émergence d’une élite de l’esprit pour laquelle l’autorité savante dépend désormais moins du jugement des pairs que de la capacité à mobiliser son carnet d’adresses. Ma recherche montre également, côté  réception que l’efficacité de ces filières de la visibilité intellectuelle relève d’un ajustement entre des habitus de producteurs capables de conjuguer styles et discours d’école et ceux de l’anti-école, d’un côté, et les attentes de salut culturel propres à des trajectoires souvent émaillées de décalages scolaires et professionnels, de l’autre.

De manière générale, ma thèse contribue à éclairer les effets de cette restauration idéologique de la permanence par le changement promue à la manière d’une « nébuleuse réformatrice »[xix] sur la base de puissants réseaux politico-culturels depuis les années 1970 (hebdomadaires, mouvement antitotalitaire, politique culturelle, lieux neutres, cercles de réflexion, etc.). Ce conservatisme « intelligent » dont le président de la République actuel, Emmanuel Macron, passé par la philosophie, est une parfaite incarnation, se décline à travers un ensemble d’opérateurs pratiques d’altération de l’antinomie entre les ordres temporel et spirituel (coexistence, brouillage, court-circuitage, etc.) et permet dès lors de comprendre le rôle central au sein de la classe dirigeante qu’une élite se prévalant de l’autorité symbolique de l’ « intellectuel » est amenée à jouer dans la division du travail de domination.

 

Bibliographie personnelle :

– « Badiou versus Finkielkraut. Débat du siècle ou débat dans le siècle ? », Zilsel, vol. 1, 2017, p. 117-152 (consultable sur Cairn).

– « L’ “intelligence” comme (in)dépendance : l’Université de tous les savoirs (2000-2013) » in Alexandre Olivier, Noël Sophie, Pinto Aurélie (dir.), Culture et (in)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles, Peter Lang, 2017, p. 145-159.

Avec Afrânio Garcia, « Compétition pour la suprématie culturelle et stratégies internationales des élites intellectuelles » in Johanna Siméant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS éditions, 2015, p. 127-152.

– « Qu’est-ce que la notoriété ? Quelques réflexions sur une approche essentialiste en sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales, vol. 1, n° 54, p. 249-261 (consultable sur Cairn).

– « Valeur » in Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Pierre Bourdieu, Paris, CNRS Éditions, 2019 (à paraître).

– « Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif », in Carnet Zilsel : Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques, mars 2017, consultable en ligne sur la plateforme Hypotheses pour les blogs académiques dans les humanités et les sciences sociales (http://zilsel.hypotheses.org/2785).

– « L’importation de références philosophiques étrangères : stratégies de captation et profits symboliques », in Johanna Siméant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS éditions, 2015, p. 334-335.

 

 

————————–

[i] Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004, p.37.

[ii] Parmi les recueils d’aphorismes publiés, on trouve aux éditions Gérard Lebovici le triptyque La nuit venue (1975), Pro domo et mundo (1985) et Dits et contredits (1986).

[iii] Nous faisons référence ici à son roman inachevé L’Homme sans qualités dans lequel il se plaît à décrire les errements d’une synthèse intellectuelle inédite entre l’âme et le capitalisme (cf. Robert Musil, L’Homme sans qualités. Tomes 1 et 2, Paris, Le Seuil, 2004).

[iv] On pourra lire par exemple de Jacques Bouveresse, Le philosophe chez les autophages, Paris, Minuit, 1984 et Essais IV. Pourquoi pas des philosophes, Marseille, Agone, 2004.

[v] À ce sujet, voir Michèle Lamont, « Le Pouvoir des intellectuels », Politique, vol. 1, n°1 1982, p. 19-46.

[vi] On reconnaît là une variante de ce biais typique dont parlait Pierre Bourdieu du « plaisir de se sentir malin, démystifié et démystificateur, de jouer les désenchantés, désenchanteurs » (cf. Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil, 2004, p. 93).

[vii] Franck Poupeau, Une sociologie d’État. L’école et ses experts en France, Paris, Raisons d’agir, 2003.

[viii] Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’interaction publique, Paris, Belin, 2000.

[ix] Philippe Bezes, L’action publique volontariste : analyse d’une politique de délocalisation, Paris, L’Harmattan, 1994 ; Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, Presses universitaires de France, 2009.

[x] Frédéric Lebaron, « Les banquiers centraux européens, acteurs majeurs de la “révolution néolibérale” », Regards sociologiques, 43-44, 2012, p. 29-36. « Discours d’institution et pouvoir symbolique. Le cas des banques centrales », L’Homme & la Société, vol. 197, no. 3, 2015, p. 65-78, «  Un champ de luttes et de forces : l’espace des prises de position sur la gouvernance dans la crise de l’euro (2010-2016) », Economie et institutions, 27, 2018. https://journals.openedition.org/ei/6349.

[xi] François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine, Le champ du pouvoir en France, Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 5, n°190, novembre 1975, p. 24-57 et, plus récemment, François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d’agir, 2016.

[xii] Sylvain Laurens, Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Marseille, Agone, 2015.

[xiii] Antoine Vauchez et Pierre France, Sphères publiques, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

[xiv] Voir Luc Boltanski, « Note sur les échanges philosophiques internationaux », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 1, n°5-6, 2011, p. 191-199 et Boris Attencourt, « L’importation de références philosophiques étrangères : stratégies de captation et profits symboliques », in Johanna Siméant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS éditions, 2015, p. 334-335.

[xv] Johanna Siméant (dir.) Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2015.

[xvi] Mathieu Hauchecorne, « La fabrication transnationale des idées politiques. Sociologie de la réception de John Rawls et des “théories de la justice en France (1971-2011) », thèse de doctorat en science politique, université de Lille 2, 2011.

[xvii] Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 2015.

[xviii] Cela tient entre autres à une espèce de « coming-out » théorique de la discipline perçue comme un ralliement au camp de la philosophie face au positivisme décidément incorrigible des sciences sociales.

[xix] Voir Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Editions de l’EHESS, 1999.

 

Crédits image mise en avant : Boris Attencourt, Graphique. Réseau des citations échangées entre Alain Finkielkraut, Alain Badiou et Aude Lancelin dans l’ouvrage L’explication, dans B. Attencourt, « Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif », in Carnet Zilsel : Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques, mars 2017, consultable en ligne sur la plateforme Hypotheses pour les blogs académiques dans les humanités et les sciences sociales (http://zilsel.hypotheses.org/2785).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.