Parution : Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti et Patrick Lehingue (Dir.), La politique désenchantée. Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie, PUR, 2019.

Quatrième de couverture :

Cet ouvrage collectif propose une réflexion de politistes et sociologues qui s’adosse aux travaux de Daniel Gaxie. C’est l’occasion de reprendre le débat autour des nombreux domaines qu’il a défrichés, qu’il s’agisse de travaux sur la représentation et la professionnalisation politiques, sur la politisation des « profanes », sur le militantisme et ses rétributions ou encore sur les luttes au principe de l’action publique. Le pari était le suivant : montrer comment cette sociologie qui, dans les années 1970, dévoilait les ressorts sociaux d’un enchantement largement partagé de la politique démocratique, montrant la faible démocratisation du recrutement des représentants, définissant les contours d’un « cens caché », critiquant une vision héroïsée de l’action publique, pouvait analyser aujourd’hui un monde politique nouveau, largement désenchanté (« crise » de la représentation, suspicions autour de l’activité politique, jugements désabusés sur son impuissance ..). La fameuse lutte contre les prénotions qui habitait le métier de sociologue doit désormais emprunter des chemins beaucoup plus escarpés. Les textes réunis posent frontalement la question de l’actualisation des apports de cette sociologie politique et s’interrogent sur les manières de la renouveler en soulignant des manques, en suggérant des prolongements et en proposant des pistes pour l’avenir.

Table des matières :

Introduction : Une sociologie du désenchantement du monde politique.

Lorenzo Barrault-Stella (CNRS – CRESPPA-CSU), Brigitte Gaïti (Université Paris 1 – CESSP), Patrick Lehingue (Université de Picardie Jules Verne – CURAPP-ESS)

Partie 1 : Élites et champ politique

1. Existe-t-il de nouvelles logiques du recrutement politique ? Représentation parlementaire et clôture croissante du champ politique.

Patrick Lehingue (Université de Picardie Jules Verne – CURAPP-ESS)

2. Drôles de dames. Les femmes en politique ou la fabrication d’une compétence politique spécifique.

Delphine Dulong, Sandrine Lévêque, Frédérique Matonti (Université Paris 1 – CESSP)

3. Ordre politique et ordre journalistique. Que sait-on de la médiatisation du Front national ?

Éric Darras (Institut d’Etudes Politiques de Toulouse – LaSSP)

4. La coproduction de l’offre politique. Contribution à une sociologie de l’action des représentant.es. d’intérêts dans le champ politique.

Guillaume Courty (Université de Lille 2 – CERAPS), Julie Gervais(Université Paris 1 – CESSP)

5. Peut-on faire du « crétinisme » politique un objet de science ?

Érik Neveu (IEP de Rennes – CRAP/ARENES)

Partie 2 : La politisation des profanes

6.  Retour sur la politisation des classes populaires. Propositions pour une analyse des états de matière du politique et de leur convertibilité.

Lorenzo Barrault-Stella (CNRS – CRESPPA-CSU), Bernard Pudal (Université Paris 10 Nanterre – CRESPPA-CSU)

7. Le cens caché en Amérique latine. La circulation internationale des problématiques et la sociologie des rapports inégaux au politique.

Alfredo Joignant (UDP-COES), Federico Lorenc Valcarce (CONICET-IIGG/UBA-UNMDP)

8. Appréhensions du social et consistance des expériences politiques.

Marine de Lassalle (Université de Strasbourg – SAGE)

9. Un cens caché dans la constitution des échantillons de répondants. Biais de sélection, d’auto-sélection et de déclaration dans une série d’enquêtes localisées par questionnaires.

Céline Braconnier (Institut d’Etudes Politiquesde Saint-Germain en Laye – CESDIP), Jean-Yves Dormagen (Université de Montpellier – CEPEL)

Partie 3 : Engagements et action collective

10. Les rétributions du militantisme. Du concept à la méthode.

Éric Agrikoliansky (Université Paris Dauphine – IRISSO), Olivier Fillieule (IEPHI-CRAPUL ; CNRS-CESSP)

11. Pourquoi les enseignants français tournent-ils le dos à l’engagement politique ?

Rémi Lefebvre (Université de Lille – CERAPS), Frédéric Sawicki (Université Paris 1 – CESSP)

Partie 4 : État et action publique

12. L’impuissance ministérielle. Désenchantement du politique et transformation du métier gouvernemental.

Brigitte Gaïti (Université Paris 1 – CESSP)

13. Le gouvernement des métropoles, laboratoire de la post-démocratie.

Fabien Desage (Université de Lille – CERAPS)

14. Les effets de l’action publique comme objet de sociologie politique.

Ivana Obradovic (OFDT – CESSP) ; Anne-France Taiclet (Université Paris 1 – CESSP)

Postface :

Comme un air de famille… Contribution à un bilan d’étape collectif de l’analyse sociologique du politique.

Daniel Gaxie (Université Paris 1 – CESSP)


Vous aimerez aussi...